Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Archive for the ‘Linguistique’ Category

Découverte d’une langue inconnue en Inde | Sciences

leave a comment »

Découverte d’une langue inconnue en Inde | Sciences

Le linguiste en moi est toujours fasciné par la découverte de langues jusqu’alors inconnues. On ne peut évidemment pas parler de « nouvelle » langue dans ce cas, mais elle était inconnue des linguistes. Avec près de 7000 langues parlées dans le monde et une grande partie de ces langues en danger de disparaître à plus ou moins court terme à cause de divers phénomènes tels que l’assimilation, le message est qu’il faut tout faire pour soutenir ces locuteurs dans leur désir de sauver leur langue et aider à préserver cet héritage linguistique.

Written by Le barbare érudit

5 octobre 2010 at 19 h 16 min

Publié dans Linguistique

Et la réputation des vôtres, Mme St-Pierre? | Le Grand Parleur

with 32 comments

Et la réputation des vôtres, Mme St-Pierre? | Le Grand Parleur

On pourrait presque se dire d’accord avec ses propos. Entre autres, lorsqu’il dit :

On l’a dit et redit des milliers de fois: bien qu’elle suspende des droits comme celui de recevoir l’enseignement dans la langue de son choix, la loi 101 vise à assurer que le Québec se développe socialement, culturellement et économiquement en français. On parle de survie d’un peuple. C’est un droit collectif qui passe devant un droit individuel.

C’est une position que je défends et en laquelle je crois. Qu’on me taxe de socialiste, je persiste et je signe : j’abonde dans le même sens que lui sur cette question.

Mais là où la sauce se gâte, c’est lorsqu’il écrit :

Après on s’étonne qu’aussi peu de Québécois francophones soient à l’aise à converser, lire et écrire en anglais. C’est d’autant plus surprenant que l’anglais demeure une langue facile à apprendre. C’est ce qui l’aide à revendiquer son statut de langue internationale.

Faux, faux et archifaux. Il n’existe pas d’une telle chose qu’une langue facile à apprendre. Pas plus qu’il n’existe de langues difficiles à apprendre. C’est un mythe qui a malheureusement la vie très dure.

Sans entrer dans le détail ici, je l’ai déjà fait et j’y reviendrai certainement à l’avenir, si une telle chose existait, si une langue était réellement plus facile à apprendre que les autres, comment expliquerait-on que tous les enfants, tous!, apprennent leur langue maternelle au même âge, peu importe leur origine, et peu importe la langue? Logiquement, un enfant dont la langue maternelle est jugée plus facile devrait l’apprendre plus rapidement alors qu’un enfant dont la langue est, elle, jugée plus difficile devrait prendre plus de temps pour le faire. Mais ce n’est évidemment jamais le cas…

Written by Le barbare érudit

13 septembre 2010 at 17 h 42 min

Publié dans Linguistique, Réflexion

Je ne veux pas l’oublier!

with 3 comments

Ma citation du jour. Très puissante.

Our language can be seen as an ancient city: a maze of little streets and squares, of old and new houses, and of houses with additions from various periods; and this surrounded by a multitude of new boroughs with straight regular streets and uniform houses.

— Wittgenstein, dans Philosophical Investigation

Written by Le barbare érudit

20 août 2010 at 7 h 59 min

Publié dans Linguistique, Littérature

They Get to Me: an article by Jessica Love | The American Scholar

with one comment

Un article fascinant sur la linguistique, une passion que j’entretiens depuis des lunes. Jessica Love y traite des pronoms et de la très grande faculté que l’humain possède de pouvoir reconstruire le sens de ces mots à partir parfois d’un contexte très limité.

They Get to Me: an article by Jessica Love | The American Scholar :

Before we can understand a word, we first have to retrieve its meaning from memory. Most of the time, this happens quickly—so quickly we call it automatic—but sometimes it doesn’t, sometimes the word is good and dusty. Say my lab manager says, ‘Sally saw Rosemary Clooney on the bus today!’ I’ll quickly retrieve some meaningful representation for Sally and saw and bus and today, but Rosemary Clooney might throw me. I retrieve her a bit at a time, one piece leading to another. She sounds familiar. She’s a singer, right? Isn’t she George Clooney’s aunt? Then I remember Rosemary Clooney, George’s aunt, died several years ago. ‘No way,’ I reply, that bit of idiomatic speech rolling off my tongue effortlessly. ‘She’s been dead for years.’

Written by Le barbare érudit

28 mai 2010 at 7 h 27 min

Publié dans Linguistique