Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Onze ans

with one comment

C’est le genre d’histoire qui inspire et qu’on croit impossible aujourd’hui. Dans un monde obsédé par la vitesse et la technologie, on dirait un retour à l’âge de la lenteur et de la contemplation.

Jean Béliveau (non, pas CE Jean Béliveau… misère…) rentre d’un périple de 75500 km… à pied! Onze ans seul à trimbaler ses pénates de Montréal à Montréal en passant par à peu près ce que compte d’habitable le monde.

S’il n’y a pas là matière inspirante pour le pauvre homme et la pauvre femme en quête de folie et d’aventure, c’est qu’il vaut mieux se laisser aller vers la mort.

Les gens me disent: tu as sûrement rencontré des grandes personnes. Oui, mais finalement, il y a des grandes personnes inconnues dans le monde et c’est des gens simples qui vivent dans leur famille ou dans des coins perdus, des gens exemplaires. On peut se nourrir d’eux, s’inspirer d’eux.

Publicités

Written by Le barbare érudit

16 octobre 2011 à 15 h 21 min

Publié dans Général

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Wow, super!

    Un autre périple pour le moins impressionant; je l’ai rencontré – et découvert – lorsqu’il m’a embarqué sur le pouce!
    http://www.muvmedia.com/reportage/show/id/360

    Laurent

    17 octobre 2011 at 1 h 23 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s