Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Dans la pile

with one comment

J’ai mis plusieurs titres dans la pile « à lire » pour cet été. Laissez-moi vous les présenter.

J’ai envie de commencer avec Gardens of the Moon de Steven Erikson. Il s’agit du premier livre de la série Malazan Book of the Fallen. C’est une œuvre difficile qui demande une lecture attentive. On ne nous tient pas par la main. Erikson nous fait entrer directement dans le feu de l’action et c’est à nous de travailler et de faire les liens afin de comprendre comment fonctionne cet univers fantastique complètement différent.

Le second livre dont je vais vous entretenir est The Dreaming Void de Peter F. Hamilton. C’est un livre qui s’inscrit dans l’univers du Commonwealth de l’auteur. L’intrigue se situe plusieurs centaine d’année après les événements des romans Pandora’s Star et Judas Unchained (excellent au demeurant!). Beaucoup moins exigeante que le livre précédant, cette œuvre demande quand même une certaine attention considérant le nombre important de personnages y évoluant.

On change de registre. The Moral Landscape de Sam Harris est un essai des plus intéressants sur le sens moral et sur une compréhension scientifique et raisonnée de l’éthique. L’approche de Harris est ici novatrice en ce sens qu’il s’interroge sur l’origine de la moralité chez les humains. Évidemment, Harris étant un athée convaincu, il évacue très efficacement la notion chrétienne et religieuse de la moralité.

Terminal World de Alastair Reynolds est le quatrième livre sur ma liste. Un auteur que j’aime beaucoup, Reynolds sait bâtir des univers absolument gigantesques avec des idées qui sont hors normes et un réel talent de conteur. Dans ce livre, une énorme ville étagée sert de toile de fond à une intrigue centrée sur la découverte d’un ange, un habitant des strates supérieures qui s’est écrasé dans un étage plus bas.

Finalement, le dessert! Embassytown de China Miéville. Probablement mon auteur préféré. Je vous ai déjà parlé de lui avec The City and the City. Ici, pour la première fois, il sort des sentiers qu’il a l’habitude de fréquenter, le fantastique, et s’attaque à la science fiction. Je suis très intéressé de voir comment Miéville s’y prendra pour aborder un genre dont il est si éloigné normalement. Mais surtout, j’ai hâte de le voir y mettre sa touche stylistique unique. Ça s’annonce particulièrement intéressant!

Publicités

Written by Le barbare érudit

27 juin 2011 à 11 h 04 min

Publié dans Littérature

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. J’avais ajouté Moral Landscape à ma pile. Mais en fin de compte, je n’ai pas terminé le seul volume commencé au cours de l’été. Faut croire que mes lectures au programme du Bacc l’an dernier m’ont saturée. Déjà certaines collègues ont entrepris les lectures obligatoires de la prochaine année scolaire. Ce sera partie remise. J’ai inclus ce lien dans billet : Mon été 2011 en quelques mots.Et j’ai refilé les auteurs de fantastique et science fiction à un des hommes de la maisonnée.

    Hélène

    13 août 2011 at 23 h 42 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s