Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

brève

with 2 comments

Je fouille et cherche constamment de nouvelles inspirations musicales. Je lis, j’écoute des extraits, j’échange avec mes chums, etc. Et voilà qu’au hasard de mes recherches je tombe sur quelque chose de franchement extraordinaire. Quelque chose qui vient me jeter par terre et m’oblige m’arrêter sec et à repenser mon rapport avec la musique et ce que j’en connais.

Non, je ne prétends pas être un spécialiste de la chose, tant s’en faut, mais j’aime la musique et elle me définit grandement en tant qu’individu. Par exemple, sans elle, je ne sais pas comment j’aurais pu vivre une année, seul, loin de ma femme.

Mais je ne suis pas ici pour me répandre en mièvrerie. En fait, tout ce qui précède est pour vous faire part du fait que je viens de découvrir un tel album. Je viens de découvrir un des meilleurs albums qu’il m’ait été donné d’écouter depuis toujours.

Je parle ici de l’album The Never Ending Way of ORwarriOR, la dernière œuvre du groupe Orphaned Land.

Le groupe Orphaned Land vient d’Israël et intègre la musique du Moyen-Orient à ses compositions ce qui donne des effets absolument délicieux et déroutants. Il est impossible de ne pas se laisser envoûter par la pièce qui ouvre l’album, Sapari, avec la voix de cette femme qui vient éveiller un sentiment d’étrangeté et surtout de dépaysement total. On reconnait immédiatement les chants traditionnels des voyageurs du désert.

Cette mise en bouche ne fait que nous préparer à la déferlante qui suit. L’intégration organique du tissu moyen-oriental dans la trame musicale métal est un trait de génie. C’est ce qui distingue clairement Orphaned Land des autres groupes métal progressif.

L’album en entier est la preuve qu’il est encore possible d’innover du côté musical sans nécessairement tomber dans l’expérimentation la plus délirante et incompréhensive. Un très grand album. Je suis conquis.

Publicités

Written by Le barbare érudit

28 février 2011 à 9 h 15 min

Publié dans Musique

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Superbe! J’adore le mélange qui, pour une fois, ne tombe pas dans le mix folk quétaine « moyen-orient + drum = innovation. »

    Cela dit, je ne peux m’empêcher de penser à du vieux Tea Party en écoutant ça…

    Laurent

    28 février 2011 at 10 h 06 min

  2. Oh! Belle découverte. Merci.

    El

    28 février 2011 at 12 h 33 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s