Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Confondre l’arbre et la forêt

with 6 comments

On ne taxera jamais Martineau de faire dans la nuance et la proportion. Avec lui, il n’est nul besoin de chercher la petite bibitte : il vous la montre avec un télescope directement braqué dessus.

Comme dans ce texte trouvé sur son blogue aujourd’hui où il pourfend le méchant système d’éducation et ses sbires, les enseignants :

Les aberrations de notre système d’éducation ne cesseront de m’étonner.

Juste comme on pense avoir touché le fond, on découvre qu’il y a un autre plancher en dessous.

Ainsi donc, un seul événement, dans une seule école et ne touchant qu’un seul enseignant serait symptomatique de TOUT le système d’éducation.

Pour le citer feignant l’étonnement devant un constat aussi profond : « bien coudonc… »

Publicités

Written by Le barbare érudit

27 février 2011 à 14 h 24 min

Publié dans Affaires scolaires

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est cette malhonnêteté qu’un journaliste professionnel ne peut se permettre, et c’est pour cela que l’échec au JdMontréal est une réelle catastrophe, la fin de l’information vers la démagogie épaisse.

    Moukmouk

    27 février 2011 at 14 h 30 min

  2. Je ne défendrai pas Martineau. Il en est bien capable tout seul. Mais ce dernier n’est pas un journaliste et n’est pas tenu à certaines règles comme le croit MoukMouk. Il écrit des humeurs, des opinions. Il est un chroniqueur au même titre que Foglia, par exemple, qui lui aussi écrit son lot de conneries. Mais Foglia aime les livres, la cuisine, la culture… donc, on lui en laisse passer pas mal.

    Oui, Martineau généralise, à outrance même. Mais si on exclut cet aspect de son billet d’aujourd’hui, il soulève deux questions:
    – la qualité des services offerts en éducation ;
    – l’inadéquation entre ses services et les besoins des enfants.

    C’est maladroit, démagogique comme il en est capable, mais le fond des deux questions ne peuvent être éludées, quand à moi. Et le risque de laisser les Martineau traiter de ce problème est qu’ils soient mal cernés et mal compris.

    Dépassons le stade du messager, dont on connait les penchants pour l’effet, et concentrons-nous sur le contenu.

    Le professeur masqué

    27 février 2011 at 19 h 00 min

    • Je ne prends pas position sur les deux questions soulevées. De toute façon, le but de mon billet n’était pas de cette nature. Ce que je voulais faire remarquer, c’est qu’il faut toujours se garder de tirer des conclusions d’un seul événement. Il y a un excellent terme pour qualifier cette façon d’argumenter : généralisation. Et malheureusement, Martineau y est abonné, tout comme une grande partie de la droite populiste.

      Je m’interroge aussi sur la façon de passer un tel contenu. Car, ne nous y trompons pas, le penchant de Martineau pour l’effet prend souvent le pas sur le contenu. Et je ne crois pas que ça serve vraiment le débat sur ces deux questions.

      lebarbareerudit

      27 février 2011 at 20 h 34 min

  3. «Ainsi donc, un seul événement»

    Dont on a une seule version…

    Audi alteram partem, christ ! 😉

    Darwin

    27 février 2011 at 19 h 21 min

  4. Là-dessus, Martineau, et j’ai failli en faire un billet pour un exemple précis, ne va pas valider plus loin. Un beau jour, il va se faire piéger d’aplomb.

    Le professeur masqué

    27 février 2011 at 21 h 31 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s