Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

La forteresse | Mario Roy

with 7 comments

Quelque chose m’échappe.

Un débat nécessite au moins deux parties qui défendent des positions différentes et opposées.

Or, l’éditorial de Mario Roy, La forteresse, me laisse songeur. À le lire, on serait porté à croire qu’il n’y a au Québec aucun débat public entre la gauche et la droite. Il n’y aurait qu’une gauche ubiquiste et surpuissante.

Bref, cette impression ponctuelle confirme qu’au Québec, une proposition politique pouvant être classée à droite est immorale, illégitime, presque illégale, en tout cas totalement inadmissible dans l’espace public.

Une telle affirmation est, au mieux, totalement ridicule, au pire, relève d’une profonde malhonnêteté intellectuelle. Comment peut-on, sans rire, écrire une telle chose? Prétendre que la droite n’a pas droit au chapitre est faux, archifaux. Nous ne sommes pas en Chine ou dans l’ex-URSS avec des bataillons d’agent du KGB aux trousses du moindre révolutionnaire libertaire.

Dans un débat, il m’apparait tout à fait normal que chacune des parties s’évertue à démontrer la supériorité de sa position quitte à dénigrer à l’autre ce droit. C’est de bonne guerre. La gauche a tendance à démoniser la droite, voilà l’angle qu’elle décide d’emprunter afin de défendre sa position. C’est à la droite de trouver un tel angle.

Ce qui est clair, c’est que la droite ne s’est jamais aussi bien portée dans l’espace public depuis la Grande Noirceur. Qu’on pense au Réseau Liberté-Québec, à la volonté avouée de Legault de former un parti de centre droit et de l’appui qu’il reçoit déjà avant même sa création.

D’un côté comme de l’autre, on ne lésine pas sur l’hyperbole et l’enflure verbale. Il ne faut pas se surprendre d’entendre un Réjean Parent se jeter à bras raccourci sur le moindre os de droite qu’il pourrait dénicher. Pas plus que nous devrions nous surprendre de lire un André Pratte faire l’apologie d’une réduction du rôle de l’État.

Mais je croyais Mario Roy d’ordinaire plus nuancé. C’est définitivement ce qui m’échappe…

Publicités

Written by Le barbare érudit

5 janvier 2011 à 11 h 12 min

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Excellent billet politique, Ça faisait longtemps…

    «Une telle affirmation est, au mieux, totalement ridicule, au pire, relève d’une profonde malhonnêteté intellectuelle. »

    Je penche pour les deux… Tous les chroniqueurs et blogueurs de Québécor sont de droite, quand ils ne sont pas de l’ultradroite…

    Dans la Presse, la ligne éditoriale, comme tu le mentionnes, est de droite. Ce journal publie régulièrement des lettres et opinions de l’IÉDM, mais ne mentionne même pas dans ses nouvelles la parution des études de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), le pendant de gauche de l’IÉDM.

    On croirait lire Éric Duhaime…

    «Mais je croyais Mario Roy d’ordinaire plus nuancé. C’est définitivement ce qui m’échappe…»

    Nuancé ? Quand ? Cela fait longtemps qu’il véhicule ce discours…

    Darwin

    5 janvier 2011 at 12 h 11 min

  2. Je reviens lentement à la vie!

    lebarbareerudit

    5 janvier 2011 at 12 h 18 min

  3. À une certaine époque (disons quand j’étais au bacc), Mario Roy était, sinon plus nuancé, disons plus prudent. Plus le temps passe, plus il laisse dépasser le jupon…

    Déréglé temporel

    5 janvier 2011 at 17 h 42 min

  4. Quelques pensées…

    Une des raisons pour laquelle le JdeM est aussi à droite est que les chroniqueurs de gauche n’y écrivent pas à cause du lockout. Mais cela n’explique pas tout: le grand boss est vraiment à droite.

    Le débat droite-gauche au Québec est le signe que la question nationale perd de sa pertinence aux yeux des gens.

    Peut-on parler vraiment de débat droite-gauche? Les deux positions sont plus centristes qu’extrêmistes.

    L’idée que la droite n’a pas droit de parole au Québec est une façon de museler le petit peuple. Vous croyez que la droite n’a pas une écoute privilégiée auprès du gouvernement.

    Les plus grands scandales financiers et les plus grandes faillites sont le lot de l’entreprise privée. Sans l’épargne des contribuables et des taxes qu’on leur impose, il y a longtemps que plusieurs entreprises auraient disparu. Même PKP a été subventionné par la Caisse de dépôt….

    Le professeur masqué

    5 janvier 2011 at 19 h 19 min

  5. Au professeur masqué

    «Une des raisons pour laquelle le JdeM est aussi à droite est que les chroniqueurs de gauche n’y écrivent pas à cause du lockout.»

    Je parlais de Québécor. Le Journal de Québec n’est plus en lockout depuis longtemps et les chroniqueurs de droite et même de l’ultradroite, y pullulent toujours et ceux de gauche… je ne sais même pas s’il y en a ! De plus, PKP a bien mentionné à Jean-François Lisée qu’il ne changerait pas son embauche de chroniqueurs advenant la fin du lockout :

    «#2. Au moment du lock-out, les pages opinions du Journal de Montréal étaient équilibrés, de la droite à la gauche. Aujourd’hui, la droite règne. Va-t-il rééquilibrer en fin de conflit?

    C’est Non. Il affirme au contraire vouloir faire contrepoids à la “plateauisation” de l’information et veut pour preuve de la justesse de cette stratégie le vaste lectorat du Journal. Lectorat qui était pourtant tout aussi nombreux lorsque des plumes de gauche, très “plateau” (Nuovo, Bazzo, Grey, Payette) sévissaient dans le quotidien. (Notons pour nos lecteurs non-montréalais que le plateau est le quartier résidentiel le plus proche de plusieurs grands médias, dont TVA, Radio-Can, La Presse, Le Devoir et Astral Média.)»

    http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/pkp-repond-aux-cinq-questions-cest-quatre-fois-non/6793/

    De toute façon, l’affirmation de Mario Roy («Faut-il à nouveau démontrer comment la puissante industrie québécoise du discours public penche chroniquement à gauche et ne consent à évoquer la droite qu’en se pinçant le nez et en enfilant des gants de caoutchouc?») est d’un ridicule consommé, et «relève d’une profonde malhonnêteté intellectuelle».

    Darwin

    5 janvier 2011 at 20 h 37 min

  6. Dans la bande de Quebecor, il y a Duhaime (bien sûr) mais aussi Michel Hébert, que j’écoute parfois à la radio.

    http://blogues.canoe.ca/michelhebert/

    Lui aussi est très à droite, mais dans ses interventions radiophoniques, il s’enfarge souvent dans les exemples creux ou insignifiants, censés démontrer l’inaptitude gouvernementale.

    Sinon, il n’y a rien de vraiment nouveau. La gauche est persuadée de vivre dans un univers de droite, et celle-ci est convaincue du contraire. Au fond, la pratique politique se contrefout de ces étiquettes stéréotypées. Elle agit selon une (ir)rationalité qui transcende les lignes de de fractures créées pour simplifier une réalité extrêmement complexe.

    Hérétik

    6 janvier 2011 at 15 h 21 min

  7. J’ai écouté Duhamel en entrevue. Honnêtement, son argumentation était faible et étayé sur des faits erronés ou inexacts.

    Le professeur masqué

    7 janvier 2011 at 20 h 27 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s