Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Une valeur économique chiffrable | Le Devoir

with 4 comments

Une valeur économique chiffrable | Le Devoir

Très intéressant texte dans Le Devoir qui soulève l’argumentaire économique souvent négligé dans le débat sur la protection de l’environnement. À la question est-ce que c’est payant d’être écologique, après lecture de ce texte, je crois que la réponse est oui.

Publicités

Written by Le barbare érudit

8 octobre 2010 à 8 h 11 min

Publié dans Général

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. «À la question est-ce que c’est payant d’être écologique, après lecture de ce texte, je crois que la réponse est oui.»

    Moi, au contraire, j’ai horreur de cette manie de vouloir calculer une valeur monétaire à tout et à rien. Comme si quelque chose qui n’est pas évalué monétairement n’avait aucune valeur. L’obésité nous coûte tant, le tabagisme un autre montant, le décrochage une beurrée et la pollution une autre moitié de PIB.

    Quand j’entends que le réchauffement climatique ferait baisser le PIB de 7,86 % (à moins que ce ne soit de 78,6 %…), j’enrage, et pas parce que personne ne pose de questions sur la méthode utilisée dans ce calcul (bon, un peu aussi, d’accord…) ! S’il atteint un certain niveau, il causera des millions de morts, des milliards de réfugiés et rendra la Terre presque plus habitable pour l’être humain. Et cela me convainc drôlement plus de lutter contre lui que les milliards de milliards de beaux dollars que Stern pourra calculer…

    Scusez-la !

    Darwin

    8 octobre 2010 at 21 h 33 min

  2. Comprenons-nous bien. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fond, mais malheureusement, dans l’état actuel des choses, ça ne risquent pas beaucoup de changer sans cette perspective économique.

    Ultimement, est-ce que les deux approches sont incompatibles? Je crois que non. C’est mon côté pragmatique qui parle, là. Je préférerais que le sens moral des gens soit ce qui guide leur action, et dans un monde idéal, c’est ce qui se passerait, mais notre monde n’est pas idéal.

    lebarbareerudit

    8 octobre 2010 at 22 h 06 min

  3. Je comprends tout à fait le raisonnement. Je me suis mis à m’intéresser à l’économie principalement par intérêt pour l’écologie, et si je suis encore novice, les concepts de l’économie, une science sociale après tout, sont une arme redoutable pour démolir certains dinosaures comme Brassard ou certaines politiques.

    Vous qui aimez les livres, « Sale Argent », de Joseph Heat, pourrait vous intéresser. Ce n’est pas un économiste, mais un prof de philo et il déconstruit un tas de sophismes.

    Plus nous serons intellectuellement en économie, plus nous pourrons mettre les véritables barbares à leur place.

    http://www.walrusmagazine.com/blogs/2009/08/07/qa-joseph-heath/

    l'engagé

    9 octobre 2010 at 16 h 52 min

  4. Moi je crois que ce n’est pas «payant» d’être écologique, c’est plutôt «vital»…

    Un revenant… 😀

    Robitaille

    20 octobre 2010 at 18 h 30 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s