Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Un été sans ordi (ou presque…)

with 2 comments

Je vous ai promis un compte-rendu, le voici.

Lorsque j’ai reçu mon iPad en juin, j’ai fait part de quelques impressions et j’ai aussi abordé la question de la lecture sur ce type d’appareil. Vous pouvez lire mes commentaires en suivant les liens qui précèdent.

Cependant, j’avais constamment mon portable avec moi et c’est définitivement l’appareil dont je me servais le plus à ce moment. Oui, il y avait bien l’aspect nouveauté et le fait que j’explorais la machine à qui mieux mieux, mais je ne l’utilisais pas encore véritablement. Je veux dire que l’iPad n’était encore qu’un simple jouet.

Retour au Sud

Vers la fin juin, je retournais au Sud, histoire de profiter de mes quelques semaines de vacances avec ma fille et ma femme, voir la famille, les amis et autres imprévus du genre. C’était l’occasion rêvée pour explorer le réel potentiel de cet appareil « dans le sauvage », comme on dit en anglais.

De plus, comme je savais que je n’aurais pas un accès immédiat à internet, même si je traine toujours mon ordinateur avec moi, il ne me serait pas d’une très grande utilité avant d’avoir accès à la grande toile.

Mais j’avais prévu le coup! Lorsque j’ai commandé mon iPad, j’ai choisi un modèle avec accès 3G, donc, je réglais un des problèmes auquel je faisais face, celui de l’accès à internet. En effet, avec l’accès 3G, mon iPad est en mesure d’avoir accès à internet dès qu’il y a un réseau cellulaire dans le coin. Au Sud, dans la grande région de Montréal, ce n’est généralement pas un problème. Comme c’est là où je passe l’été, j’ai eu accès à internet rapidement.

« Dans le sauvage! »

Au début, j’ai voulu utiliser les services de Rogers et j’avais donc une puce micro-SIM de cette compagnie. Sauf qu’après une semaine à tenter par tous les moyens d’accéder au réseau 3G, j’ai comme perdu patience et je me suis rendu à la boutique Apple du Carrefour Laval où on a changé ma puce Rogers pour une puce Bell. Oh! Miracle! Ça c’est mis à fonctionner correctement et depuis, je n’ai plus eu de difficultés avec l’accès 3G de mon iPad.

J’ai donc pu commencer à réellement m’amuser avec ce jouet. Premier constat : l’autonomie de l’iPad est impressionnante! Facilement toute une journée d’utilisation intense. Je parle de navigation sur internet à partir de réseau 3G, visionner des vidéos, jouer à des jeux, etc. Pour s’assurer de ne jamais tomber en panne, on a qu’à le brancher le soir avant de s’endormir et le lendemain, il est prêt.

Deuxième constat : lire les nouvelles sur ça en déjeunant, c’est génial! Le format est idéal pour ça. Il ne prend pas beaucoup de place, mais offre une surface de lecture agréable et suffisamment grande pour ne pas trop fatiguer les yeux.

Troisième constat : c’est idéal pour lire et répondre succinctement à son courriel durant la journée. Le clavier virtuel est tout à fait utilisable lorsqu’on place l’iPad en orientation paysage et avec un peu de pratique, je ne serais pas surpris de voir des gens atteindre des vitesses presque aussi rapides que sur un clavier normal.

L’application Maps qui vient avec l’iPad est absolument merveilleuse! Je ne sais pas combien de fois durant l’été nous nous en sommes servi pour nous rendre quelque part ou pour trouver quelque chose. Grâce au GPS intégré, à l’accès internet permanent et à cette application, en moins de deux, nous savions où nous étions, nous trouvions où nous voulions aller et Maps nous suggérait un itinéraire pour nous y rendre. Incroyable!

L’application Penultimate a aussi été d’un immense secours tout au long de l’été! Cette application permet d’utiliser son doigt un peu comme un feutre Sharpie pour prendre des notes et faire des croquis. Ainsi, lors d’une de nos très nombreuses sorties chez Ikea, nous avons pu facilement prendre des notes et toujours avoir avec nous les mesures dont nous avions besoin pour nos achats.

Lors des quelques voyages plus longs que nous avons effectués cet été, entre autres, nous rendre jusque dans Charlevoix en passant par Rivière-du-Loup, pouvoir nous détendre en jouant à des jeux sur l’iPad ou encore prendre connaissance des derniers courriels a été des plus agréable. D’aucuns diront que tout ça est possible depuis l’arrivée des iPhone et autres Androids, et vous avez tout à fait raison, mais pour moi, c’était une découverte cette année.

Rester en contact

C’est ce qui m’impressionne le plus. Le fait de pouvoir être en contact avec le monde peu importe où on se trouve. On pourrait parler d’« omniweb », le web omniprésent. Avec les téléphones multifonctions, les iPads, les ordinateurs portables munis d’une connexion cellulaire, il est dorénavant possible de ne jamais être débranché.

C’est à la fois fascinant et quelque peu effrayant, surtout lorsqu’on considère tous les efforts mis par les grands publicitaires sur l’internet, Google en tête, pour nous décoder et pouvoir ainsi pratiquement aller au-devant de nos besoins… est-ce le prix à payer pour pouvoir profiter de tout ce que la toile a à offrir en tout temps?

Pour en revenir à l’iPad, je dois avouer qu’il m’a permis de véritablement me passer de mon ordinateur durant de nombreuses semaines. Mais il y a des limites. Par exemple, alimenter mon blogue seulement à partir de l’iPad est possible, mais difficile. Les applications qui permettent de le faire sont limitées dans leur fonctionnalité. Je rêve de voir apparaître MarsEdit pour l’iPad, ce qui me permettra de m’affranchir davantage de mon portable.

Mais nous ne sommes pas encore rendus là. Je sais que de nombreux développeurs travaillent probablement à régler un ou plusieurs des problèmes que j’ai rencontrés au cours de l’été. Je dois donc être patient.

Publicités

Written by Le barbare érudit

29 août 2010 à 12 h 33 min

Publié dans Général

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] This post was Twitted by LeBarbareErudit […]

  2. hum.. je le trouvais cute le iPad quand il est sorti. Mais bon, je me trouvais déjà assez « dépendante » de mon ordi, je savais que ce n’était pas quelque chose qu’il me serait nécessaire d’avoir!

    Puis tsé, j’en suis encore à apprivoiser iTunes et mon iPod… imagine le iPad!! hihi! Je constate depuis quelques années que j’ai comme une allergie temporaire à la nouveauté. Je dois être réfractaire aux changements, ne pas aimer changer mes habitudes. Ça m’a pris tellement de temps en avoir, à me placer dans ma vie, avoir une routine, des repères, qu’on dirait que le changement me bouscule! J’y vais tranquillement 😉

    Mais ton compte-rendu me donne une idée positive de cette « nouvelle » bebelle! Ça m’a l’air très intéressant!! Peut-être un jour… ! 😉

    Charlotte

    29 août 2010 at 13 h 34 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s