Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Le lecteur de livrels idéal?

with 12 comments

Ça fait maintenant plus d’une semaine que j’utilise mon iPad. Je ne fais que commencer à en apprécier toutes les possibilités. C’est toute une machine qui impressionne à plusieurs points de vue.

Un aspect sur lequel Apple semble tabler pour intéresser la clientèle à adopter son iPad est sa capacité à servir de lecteur de livrels. En effet, sa taille, sa masse et sa forme le prêtent avantageusement à cette fonction. Il s’agit d’un aspect suffisamment important pour mériter d’être abordé dans ce billet.

Les concurrents

L’iPad n’est certes pas le premier lecteur de livrels. Amazon avec son Kindle, probablement le lecteur le plus populaire, le Sony Reader, le Bookeen CyBook, et plusieurs autres sont disponible depuis plusieurs années. Tous ces lecteurs sont des appareils dédiés qui n’offrent pas véritablement d’autres fonctions que la lecture de livrels. De plus, la vaste majorité de ces appareils ont recours à la technologie d’affichage eInk, une technologie qui se rapproche davantage du papier et de l’encre que de l’affichage à cristaux liquides.

Apple débarque dans cet univers avec une offre très différente. Premièrement, l’iPad n’est pas un appareil dédié. Il s’agit d’un appareil multifonction, d’un véritable ordinateur. C’est son format, s’apparentant au format des autres lecteurs de livrels, qui le range définitivement dans le même camp que ces derniers. Ensuite, de base, l’iPad ne permet pas nécessairement de lire des livrels. Pour pouvoir le faire, il doit recourir à des applications qu’on télécharge sur l’appareil.

Les applications

Voici quelques applications disponibles que j’ai dénichées pour pouvoir me servir de l’iPad en tant que lecteur de livrels. Chacune de ces applications permet d’avoir accès à différents types de contenu et de l’afficher à l’écran.

Instapaper n’est pas à proprement parlé une application pour la lecture de livrels. Il s’agit d’une application pour la lecture d’articles trouvés sur l’internet. Mais pour moi, c’est une des applications les plus importantes actuellement disponibles. On commence par s’inscrire sur le site d’Instapaper, on installe un signet dans notre fureteur préféré et là, lorsqu’on tombe sur un article qui nous intéresse, grâce à ce signet, on le sauvegarde pour lecture ultérieure. C’est là que l’application Instapaper entre en jeu. Cette dernière, une fois installée sur notre iPad (et iPhone et iPod touch) nous permet de télécharger tous ces articles sur notre appareil et nous offre un environnement de lecture idéal sans publicité et sans bruit inutile. Lorsque le temps nous le permet, nous pouvons ainsi nous adonner à la lecture de ces articles dans le confort et la quiétude. De plus, sur le site, on trouve plusieurs suggestions de lectures toutes plus intéressantes les unes que les autres. Un véritable petit bijou.

Au départ, le iBook était le nom donné à la gamme d’ordinateurs portables de base produits par Apple. Mais aujourd’hui, il s’agit de l’application de lecture de livrels développée par la même compagnie pour son iPad ainsi que pour ses iPhone et iPod touch. Cette application supporte les livrels en format ePub ainsi que, avec la dernière version, les documents en format PDF. L’application est magnifique. L’animation des pages, entre autres, est très étonnante et donne pratiquement l’impression de lire un véritable livre de papier. Il est de plus possible de télécharger directement dans l’application des livrels achetés dans la boutique intégrée. Comme iBook supporte le format ePub, on peut aussi ajouté à la bibliothèque de titre tous les livrels en format ePub que nous possédons déjà tant que ces derniers ne sont pas protégés par des serrures électroniques (DRM).

L’application Kindle est la même application qui est déjà disponible sur les plateformes Mac, Windows, iPhone et autres. Développée pour le géant Amazon, elle donne accès à l’immense librairie de livrels Amazon et est, de plus, compatible avec le lecteur Kindle de la même compagnie. Il est intéressant de noter que tous les livres achetés pour le Kindle seront aussi disponibles sur les applications Kindle partageant le même compte. Donc, pas besoin d’acheter plus d’une fois la même œuvre, une seule fois suffit. Le seul bémol à mon avis, c’est que le Kindle utilise un format unique qui est incompatible avec les autres applications. Donc, une fois acheté pour le Kindle, le livre ne sera lisible que sur le Kindle et ses applications.

La hutte est une application qui se spécialise dans les œuvres québécoises de langue française. On y trouve une boutique électronique aussi accessible via l’internet où des maisons d’édition québécoises offrent les œuvres de leurs auteurs. Pour l’instant, le choix semble assez limité et le format de prédilection étant le format PDF, j’attends avant de plonger tête première dans cet univers qui, dès que le format passera au ePub, devrait nous fournir une agréable somme de livres québécois.

Stanza est un lecteur de livrels universel. Il supporte un grand nombre de formats dont ePub et PDF. Il intègre aussi une boutique en ligne accessible depuis l’application ainsi que l’accès à plusieurs sources de livrels gratuits. Il est agréable à utiliser et la qualité de la mise en page est excellente.

Agrément de lecture

Je possède déjà un lecteur de livrels Sony. J’en suis très satisfait. Je possède aussi un iPod touch sur lequel je lis aussi divers textes à l’aide entre autres d’Instapaper et Wattpad. Ça me donne donc deux points de référence pour comparer ces différents appareils.

Sony vs iPad

Il est important de bien comprendre que l’iPad n’est pas qu’un lecteur de livrels. C’est une plateforme multifonction, un ordinateur, et que la lecture de livrels n’est qu’un aspect parmi beaucoup d’autres.

Le Reader de Sony utilise un écran monochrome eInk dont le principal avantage est de se rapprocher du papier au niveau du confort de lecture. Mais, il exige l’utilisation d’une source de lumière externe. Son écran de 6 pouces est plus petit que l’écran de l’iPad et ça paraît. Mais plus encore, c’est l’écran couleur rétroéclairé IPS de l’iPad qui vole littéralement la vedette. Ce dernier offre, étonnamment, un très bon confort de lecture. Surtout, il permet l’insertion d’images et de photos en couleur dans le texte.

Sony Reader

Honnêtement, je croyais que le rétroéclairage serait désagréable et finirait par fatiguer mes yeux, mais il n’en est rien. Jusqu’à maintenant, je n’ai aucun problème à lire sur l’iPad que je trouve presque aussi doux pour mes yeux que le Reader de Sony.

iBook

Ce qui est clair après avoir utilisé ces trois gadgets, c’est que le iPod touch n’est qu’un dépanneur pour la lecture. Son minuscule écran n’est pas des plus agréables pour une période de lecture prolongée. En ce sens, la palme revient à l’écran de l’iPad qui est le plus spacieux.

Les bandes dessinées

Mais là où l’iPad prend tout son sens, c’est lorsque vient le temps de lire des bandes dessinées. C’est une pure merveille. J’ai lu beaucoup de comic books plus jeune, et mon iPad m’y redonne goût en grande.

Il est clair que l’écran couleur de l’iPad y est pour beaucoup dans cet engouement. La qualité de l’affichage permet de vraiment mettre en valeur le travail des artistes qui nous pondent ces petites histoires illustrées.

Plusieurs applications sont disponibles pour pouvoir profiter de cette merveille. Je vous en propose quatre. Toutes ces applications suivent à peu de choses près le même format, c.-à-d. qu’il y a une boutique intégrée à même l’application qui permet de chercher et d’acheter directement les œuvres. Ensuite, on les retrouve dans une section bibliothèque personnelle à partir de laquelle on entreprend la lecture. Toutes ces applications offrent deux modes de lecture : un mode pleine page et un mode « par case » qui fait un zoom sur chaque case individuellement suivie qui anime le passage d’une case à la suivante à la manière Ken Burn. C’est de très loin la façon la plus agréable de lire les BD sur l’iPad à mon avis.

L’application Marvel offre une sélection intéressante de comics qui, bien que n’étant pas les plus récents, devraient satisfaire les nouveaux lecteurs ainsi que ceux qui, comme moi, y reviennent après plusieurs années d’absence. Cependant, on reproche beaucoup à Marvel de ne pas offrir suffisamment de nouveauté sur cette plateforme.

Le grand défaut de l’application de Marvel, c’est qu’elle n’offre que les produits Marvel. Comixology, la compagnie qui produit l’application Marvel, produit aussi sa propre application qui est en tout point pareille à celle offerte par Marvel, sauf pour le catalogue beaucoup plus riche et inclut un grand nombre d’éditeurs plus marginaux, pour notre plus grand bonheur étant donné que de véritables perles de comics se retrouvent là.

Si la langue de Shakespeare n’est pas votre grande force et que vous préférez celle de Molière, Ave! Comics est le remède à tous vos mots! La grande force de cette application est d’offrir une sélection de BD européenne dont les fameux Gaston Lagaffe et autres Incal. La sélection est encore relativement limitée, mais il y a là un énorme potentiel qui, c’est mon plus grand souhait, saura être exploité à pleine capacité.

iVerse, c’est le concurrent de Comixology et il offre les comics d’une gamme d’éditeurs différents. Je n’ai pas beaucoup exploré ce dernier parce que la plupart des comics offerts ne m’intéressent pas. Peut-être plus tard… à suivre…

Et après?

Est-ce que l’iPad est un bon lecteur de livrels? Absolument. Est-ce le meilleur? Je ne sais pas. La grande force de l’iPad est qu’il peut répondre à de multiples besoins pour de nombreuses personnes. C’est beaucoup plus qu’un simple lecteur de livrels. C’est aussi une incroyable machine pour voyager sur le net ou encore pour regarder des films et écouter de la musique. Ce qui est remarquable, c’est à quel point l’intégration des applications de livrels est transparente. On tape sur l’icône iBook et hop! Nous voilà prêts à poursuivre notre lecture. Ce qui est un avantage indéniable si on le compare aux autres lecteurs de livrels.

Mais surtout, il faut voir ces livres interactifs comme l’extraordinaire Alice au pays des merveilles avec ses illustrations animées. Ou encore, les BD. En ce sens, les autres lecteurs sont nettement désavantagés face à cette petite bête.

Publicités

Written by Le barbare érudit

10 juin 2010 à 6 h 26 min

Publié dans Général, Littérature

12 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Si j’ai bien compris, le Ipad contrairement aux autres lecteurs de livrels, retient la page où nous étions en train de lire la dernière fois? Très intéressant.

    Crois-tu que ça facilité d’utilisation en est grandement élevé du fait que tu possèdes un Mac?

    Crois-tu que son utilisation est la même avec un pc?

    demijour

    10 juin 2010 at 7 h 19 min

    • Tous les lecteurs de livrels ouvrent les livres là où tu les as éteint. Ce n’est pas exclusif au iPad.

      Il ne devrait pas y avoir de problème à utiliser le iPad même si on possède Windows. Le iPad se synchronise via iTunes et c’est disponible sur Windows aussi.

      lebarbareerudit

      10 juin 2010 at 7 h 38 min

  2. Mais ce n’est pas fatigant à tenir entre ses mains? De mon côté j’attend l’équivalent en PC qui va sortir très bientôt.

    Cynthia

    10 juin 2010 at 7 h 23 min

    • Personnellement, je ne le trouve pas du tout fatiguant à tenir entre les mains. Le rebord noir qui entoure l’écran est vraiment juste de la bonne grandeur pour avoir une bonne prise de l’appareil avec ses mains sans cacher l’écran.

      La grande force du iPad, c’est la suite logiciel et son système d’exploitation. As-tu déjà utilisé un iPhone ou un iPod touch? C’est le même logiciel d’exploitation et tout a été pensé en fonction d’une utilisation tactile. Le système Android de Google semble aussi promu à un bel avenir en ce sens, mais j’ai de très gros doute en ce qui concerne Windows.

      Ça ne coûte pas cher d’aller le voir dans une boutique où ils en vendent, à ta place, j’irais voir.

      lebarbareerudit

      10 juin 2010 at 7 h 42 min

      • Oui, j’ai aussi beaucoup d’espoir pour le gadget de Google!

        Gabriel

        10 juin 2010 at 9 h 34 min

      • Je l’ai essayé au mois d’avril aux USA mais je n’ai pas été séduite et j’ai une part de désamour pour Apple à cause de mon ipod qui a eu une durée de vie assez réduite.

        Cynthia

        16 juin 2010 at 8 h 24 min

  3. […] This post was mentioned on Twitter by Nelson Lamoureux, berti braun. berti braun said: Encore un qui lâche sa Sony pour l'iPad … … ? 😉 http://tinyurl.com/277cqc2 (@LeBarbareErudit ) via/ @fbon #HootSuite & #iPad […]

  4. Donc tu dis que le « backlight » n’est pas dérangeant? C’est étonnant? Et on peut lire les PdF?

    Tu as peut-être oublié le prix! Le Sonyreader a un modèle à 160$ et le Ipad coute près de 600$! Il y a une différence! La question m’intéresse parce que je suis à la recherche d’un outil pour lire les milliers de livres qui se trouve sur google books et Gallica! J’aime beaucoup la littérature ancienne et il y a déjà des tas de livre dans le domaine publique… et pour mes recherches académiques! Donc, est-ce que j’investis le double pour un Ipad? Est-ce que je prends Sony ou est-ce que j’attends Google?

    Gabriel

    10 juin 2010 at 9 h 37 min

    • Il n’y a évidemment pas de réponse simple à cette question.

      Ma première suggestion, c’est d’aller voir la bête et de jouer avec elle un tit peu. Ça va te donner une meilleure idée. Ensuite, ben, c’est que le lecteur Sony n’est que ça : un lecteur de livrels. Le iPad c’est un ordi complet qui te permet de lire des livrels, mais aussi de faire ton courriel, de la recherche sur le net, d’écrire des textes, d’écouter de la musique, de regarder des films, des photos, etc. Oui, c’est plus cher, mais c’est beaucoup, beaucoup plus qu’un simple livrel. Et l’appareil Google sera aussi relativement cher.

      lebarbareerudit

      10 juin 2010 at 9 h 47 min

  5. Je ne sais pas d’où vous sortez ce terme « livrel » pour livre électronique, c’est un mot absolument hideux…

    Pour revenir à votre comparaison liseuse électronique contre iPad :

    Evidemment, vous le comparer au lecteur Sony le pire du marché (reflets, confort de lecture dégradé).

    Toutes les personnes que je connais se sont débarrassées du modèle PRS 600 de Sony pour le PRS 505. Le PRS 600 comporte une couche tactile qui dégrade CONSIDERABLEMENT la lecture, en comparaison des autres lecteurs utilisant une dalle Vizplex sans couche tactile.

    L’écran de l’iPad est flatteur, avec une belle dalle brillante prenant toutes les traces de doigt. Gênant pour un appareil tactile, surtout que vu la brillance de la dalle, la lecture n’est réellement possible qu’en intérieur.

    Comment est-il possible aussi d’oser comparer une machine pesant 800 g, encombrante à une liseuse de 200 grammes (et encore moins sur les modèles plus récents) qui tient dans un petit sac ?

    Je suis un bon lecteur : plusieurs milliers de pages par mois. Je recharge ma liseuse complètement UNE fois chaque mois, sachant que je l’utilise plusieurs heures chaque jour. Le iPad n’a absolument pas d’autonomie pour la lecture, surtout qu’il chauffe…

    Bien sûr ne parlons pas du prix.

    L’iPad prétend faire beaucoup de choses…le seul souci c’est qu’il fait pratiquement tout de façon médiocre :

    – aller sur internet (mais pas de lecture possible du flash)

    – tablette graphique (mais un seul niveau de pression possible en comparaison des 256 d’une vraie tablette)

    – lecteur de livres électroniques (mais pas d’encre électronique, une autonomie ridicule, avec un poids et un encombrement exagéré)

    – applications (mais verrouillées par Apple, sans comparaison à l’utilisation d’un vrai ordinateur sous OSX ou Windows)

    Pour le prix…c’est inacceptable.

    Jsp

    15 juin 2010 at 4 h 58 min

    • Tout d’abord, bienvenu chez moi. J’aime bien ce ton provocateur et un peu outré que vous prenez pour me répondre. Ne serait-ce que pour cette raison, je me dois aussi de répliquer à votre commentaire.

      Je ne sais pas d’où vous sortez ce terme « livrel » pour livre électronique, c’est un mot absolument hideux…

      C’est la terminologie proposée par l’Office de la langue française du Québec pour désigner les livres numériques ou livres électroniques. Il est certainement mieux que « e-book », emprunt direct à l’anglais.

      Pour revenir à votre comparaison liseuse électronique contre iPad :

      Evidemment, vous le comparer au lecteur Sony le pire du marché (reflets, confort de lecture dégradé).

      Toutes les personnes que je connais se sont débarrassées du modèle PRS 600 de Sony pour le PRS 505. Le PRS 600 comporte une couche tactile qui dégrade CONSIDERABLEMENT la lecture, en comparaison des autres lecteurs utilisant une dalle Vizplex sans couche tactile.

      Il est vrai que le PRS 505 est beaucoup plus facile à lire que le PRS 600. Je suis d’accord avec vous sur le fait que la couche tactile donne un reflet qui est parfois gênant lors de la lecture.

      L’écran de l’iPad est flatteur, avec une belle dalle brillante prenant toutes les traces de doigt. Gênant pour un appareil tactile, surtout que vu la brillance de la dalle, la lecture n’est réellement possible qu’en intérieur.

      Avez-vous utilisé un iPad? Je ne parle pas de le voir dans une publicité ou passer quelques minutes dans une boutique à le voir entre les mains d’un client, je parle de véritablement vous en servir?

      Comment est-il possible aussi d’oser comparer une machine pesant 800 g, encombrante à une liseuse de 200 grammes (et encore moins sur les modèles plus récents) qui tient dans un petit sac ?

      Il ne s’agit évidemment pas de la même chose. Et je crois avoir pris la peine de bien en faire la démonstration dans l’intro de mon billet.

      Je suis un bon lecteur : plusieurs milliers de pages par mois. Je recharge ma liseuse complètement UNE fois chaque mois, sachant que je l’utilise plusieurs heures chaque jour. Le iPad n’a absolument pas d’autonomie pour la lecture, surtout qu’il chauffe…

      OK, je comprends ici que vous n’avez pas eu la chance de vous servir d’un iPad parce que si vous l’aviez fait, vous sauriez qu’il ne chauffe absolument pas. Même pas un peu. Je suis donc très surpris de vous lire en parler comme si vous en aviez une connaissance intime alors qu’il n’en est rien.

      De plus, en ce qui concerne l’autonomie de l’appareil, si on le compare à d’autres appareils de sa catégorie, du genre les « netbooks » et autres ordinateurs portables, il leur est nettement supérieur avec une autonomie de plus de dix heures d’utilisation dans la plupart des cas. Bien entendu, on ne peut comparer ça à un lecteur eInk dont l’affichage ne requiert aucune alimentation dès lors que la page est « fixée ». Mais un lecteur eInk ne peut au mieux qu’afficher en niveaux de gris alors que l’affichage du iPad est en millions de couleurs…

      Bien sûr ne parlons pas du prix.

      Bien entendu, dans un cas, on a un ordinateur qui peut faire tout un tas de choses et dans l’autre, un lecteur de livrels qui ne fait qu’une seule chose.

      L’iPad prétend faire beaucoup de choses…le seul souci c’est qu’il fait pratiquement tout de façon médiocre :

      Encore une fois, je constate que vous ne l’avez pas utilisé et vos commentaires reflètent ce fait de manière limpide.

      – aller sur internet (mais pas de lecture possible du flash)

      Et ne pas être envahi par les publicités tapageuses et ringardes qui couvrent les pages web que je visite? Ça me va plutôt bien. C’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle j’ai installé un logiciel qui bloque flash sur mon fureteur. Ça et le fait que ça faisait planter mon ordinateur tout le temps.

      – tablette graphique (mais un seul niveau de pression possible en comparaison des 256 d’une vraie tablette)

      Non, l’iPad n’est pas une tablette graphique au sens où vous l’entendez ici.

      – lecteur de livres électroniques (mais pas d’encre électronique, une autonomie ridicule, avec un poids et un encombrement exagéré)

      Bien que l’appareil ne soit pas, en soit, un lecteur de livrels, il existe plusieurs logiciels qui permettent de lire des livrels. Quant à votre appréciation de ses qualités, dans le sens de ses caractéristiques, je crois qu’ils relèvent davantage de l’appréciation personnelle de chacun que d’un quelconque jugement d’un individu n’ayant vraisemblablement pas eu la chance d’en utiliser un.

      – applications (mais verrouillées par Apple, sans comparaison à l’utilisation d’un vrai ordinateur sous OSX ou Windows)

      Encore une fois, il m’apparait évident que vous n’avez pas eu la chance d’utiliser cet appareil pour le juger de la sorte.

      Pour le prix…c’est inacceptable.

      Vous avez certainement le droit de trouver que l’appareil est beaucoup trop cher. Je tiens cependant à vous dire que deux millions de personnes sont en désaccord avec vous, et il s’en ajoute toujours plus tous les jours.

      Au plaisir de vous relire.

      lebarbareerudit

      17 juin 2010 at 17 h 19 min

  6. […] procuré un dès sa sortie au Canada. J’en ai d’ailleurs fait plusieurs billets (ici, ici, ici, ici et […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s