Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Un film de cul

with 7 comments

On y entend des « Oooooohhhhhh! » et des « Aaaaaaahhhhhh! », des « Ouiiiiiiii! » et des « Encooooooore! », sans compter les « Mmmmmmmmmmmmmm… » et les « Mpffff! Mpffff! Mpffff! »

Bien sûr, il y a aussi les images. Des culs, d’où le nom. Des boules. Des plottes. Des graines. Des faces complètement trempées de sueur. Des corps dans des positions impossibles. Et des performances qui donnent le vertige. Les gros plans. Beaucoup de gros plans. Les graines qui pompent des plottes, des bouches qui pompent des graines, des mains qui touchent et qui entrent partout où il y a un trou, des filles avec des filles, des filles avec des gars, le tout dans des situations invraisemblables.

Je ne parle pas ici du respect ou non du corps de ces femmes et de ces hommes dans un contexte complètement artificiel, fabriqué de toutes pièces pour la simple fantaisie de ses consommateurs, ce qui est un immense sujet en soi. Je parle ici d’un simple film de cul fabriqué de toutes pièces pour nous vendre des fantasmes sur mesure.

En ce sens, la politique, surtout récemment, ça ressemble drôlement à un gros film de cul.

La perception est un lourd boulet à traîner lorsqu’elle est négative. Et c’est exactement ce qui se passe actuellement envers la politique et les politiciens. Vu de l’extérieur, ça ressemble à un film de cul où tout un chacun s’envoie en l’air avec n’importe qui dans des situations complètement invraisemblables. Et comme pour un film de cul, on a l’impression de se faire fourrer, sans en ressentir aucun plaisir.

Je ne doute pas qu’il y ait des politiciens intègres et responsables qui placent les affaires de l’État en avant de leurs propres intérêts personnels. En fait, j’en suis absolument convaincu. Mais il n’en demeure pas moins que même avec les meilleures intentions du monde, seules des actions concrètes et donnant des résultats probants peuvent peut-être réussir à faire tomber cette perception négative qui colle aux politiciens.

Malheureusement, l’attitude du gouvernement libéral actuel n’a rien de très rassurant et surtout ne fait rien pour changer cette perception négative. Avec une politique qui semble relevée davantage de l’improvisation et des cadeaux aux alliés et autres amis, tout ça ne fait qu’entretenir et alimenter le climat de méfiance à l’endroit de la classe politique.

J’en veux pour preuve le projet de loi 103 visant à modifier la loi 101. Au lieu de tout simplement dire non au jugement de la Cour suprême, le gouvernement libéral a préféré s’en remettre à l’arbitraire tout en créant deux classes de citoyens : les riches qui pourront acheter un passage à l’école anglaise, et les autres qui ne le pourront pas.

Je vous le dis : un vrai film de cul!

Publicités

Written by Le barbare érudit

5 juin 2010 à 15 h 33 min

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bon billet. Le niveau de language me semble approprié à la situation.

    On pourrait faire un remake Québecois de « cinq infirmières en chaleures » intitulé « cing infirmières exténuées ».

    Sylvain

    5 juin 2010 at 16 h 04 min

  2. Autrement dit, la différence entre un film de cul et la politique c’est que le film peut nous procurer une certaine jouissance sans contribution du contribuable.

    l’ancien candidat

    le neurone

    5 juin 2010 at 16 h 41 min

  3. «tout ça ne fait qu’entretenir et alimenter le climat de méfiance à l’endroit de la classe politique.»

    10/10 !

    Darwin

    5 juin 2010 at 18 h 35 min

  4. Je peux vous proposer de lire ceci. Ça résume assez bien ma pensée sur le sujet.

    http://kaverne.wordpress.com/2010/06/02/la-lecon-dicare/

    Quant aux films de de cul, ils ont leur utilité. Ça permet de renouveler les fluides…

    Hérétik

    6 juin 2010 at 10 h 26 min

  5. moi aussi j’en connais des motsales,tu peux venir après la classe, on va en écrire au tableau .

    rainette

    6 juin 2010 at 23 h 49 min

  6. Ce que j’en crois c’est qu’un gouvernement ou l’autre, ya aucun AUCUN leadership nulle part. Personne ne sort du lot.

    Ya pas de nouveauté. Ya pas de passionné. Ya pas de soulèvement de foule! J’ai envie de voter pour aucun de ceux-là. Rien. Nada. Niet.

    Parce que je sais calissement ben que ça va être du pareil au même.

    Si c’est pas un scandal de libéral, ça va en être un du pq. Si c’est pas des niaiseries de libéral, ça va en être une de l’adq.

    Ya bien Jack Layton qui me donne envie de cocher une case. Mais bon, là on parle du Canada. Pas du provincial.

    Sinon, c’est zéro. Sti.

    Charlotte

    14 août 2010 at 22 h 55 min

  7. Et vlan. Dans les dents. Une excellente traduction de la scène qui se déploie depuis trop longtemps. À quelque part, c’est normal de comparer à un film de cul quand une bonne part des politiciens sont des putes. Des putes à l’argent et au pouvoir. Ils troquent leur honnêteté, leur intégrité et leur image pour assouvir leur soif de billets verts et de pouvoir.

    Et dans cette quête, ils entraînent dans leur sillage l’honnêteté, l’intégrité et l’image de ceux qui sont dans ce bordel pour la cause….

    Yosemithe

    20 octobre 2010 at 19 h 36 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s