Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

They Get to Me: an article by Jessica Love | The American Scholar

with one comment

Un article fascinant sur la linguistique, une passion que j’entretiens depuis des lunes. Jessica Love y traite des pronoms et de la très grande faculté que l’humain possède de pouvoir reconstruire le sens de ces mots à partir parfois d’un contexte très limité.

They Get to Me: an article by Jessica Love | The American Scholar :

Before we can understand a word, we first have to retrieve its meaning from memory. Most of the time, this happens quickly—so quickly we call it automatic—but sometimes it doesn’t, sometimes the word is good and dusty. Say my lab manager says, ‘Sally saw Rosemary Clooney on the bus today!’ I’ll quickly retrieve some meaningful representation for Sally and saw and bus and today, but Rosemary Clooney might throw me. I retrieve her a bit at a time, one piece leading to another. She sounds familiar. She’s a singer, right? Isn’t she George Clooney’s aunt? Then I remember Rosemary Clooney, George’s aunt, died several years ago. ‘No way,’ I reply, that bit of idiomatic speech rolling off my tongue effortlessly. ‘She’s been dead for years.’

Publicités

Written by Le barbare érudit

28 mai 2010 à 7 h 27 min

Publié dans Linguistique

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Jouer sur les mots, même par l’intermédiaire d’un clavier, fait partie de mes plaisirs quotidiens.

    la langue des linguistes

    le neurone

    28 mai 2010 at 15 h 11 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s