Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

L’avortement injustifié même en cas de viol, selon le cardinal Ouellet | Frédéric Denoncourt | Société

with 15 comments

L’avortement injustifié même en cas de viol, selon le cardinal Ouellet | Frédéric Denoncourt | Société: «  »

Et moi qui pensait que ce n’était qu’aux É.-U.

Remisère…

Publicités

Written by Le barbare érudit

16 mai 2010 à 10 h 38 min

Publié dans Réflexion

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ils sont vraiment arriérés ces gens dans les questions morales. Incapables de penser par eux-mêmes, un livre pense à leur place…

    Monsieur Fesse

    16 mai 2010 at 11 h 12 min

  2. En passant, à ajouter à tes belles de jour -> http://ocondesign.com/?p=975

    lebarbareerudit

    16 mai 2010 at 11 h 13 min

  3. […] This post was mentioned on Twitter by Nelson Lamoureux. Nelson Lamoureux said: L'avortement injustifié même en cas de viol, selon le cardinal Ouellet | Frédéric Denoncourt | Société: http://wp.me/pnXbJ-7A […]

  4. Plaçons les choses en contexte. Cet homme, le dénommé Ouellet, est cardinal de l’église catholique. Il défend la position de son organisation, une position qui date de longtemps. N’en soyons pas surpris. Après tout, ils ont droit de penser ce qu’ils veulent les catholiques. Tant qu’ils ne l’imposent pas aux autres. C’est là le problème de Ouellet. Il rêve d’une société inféodée à son organisation qui est maintenant marginale au Québec. Laissons-le rêver. Il en a le droit.

    Dans un contexte plus large, cet homme veut succéder à Ben 16. Quoi de mieux que d’affirmer bien haut les vérités de son organisation et, surtout, d’être rejeté par la société où il s’affirme. Dans son organisation, on va penser qu’il a des couilles et qu’il mérite d’être pape. Il est en campagne électorale. Rappelez-vous les excuses pour les gestes de l’église commis avant 1960 (digne de son maître à penser Ben 16 et de son prédécesseur JP 2). De grands gestes pour un gros job en bout de ligne. Je le lui souhaite. De notre côté, nous en serions débarrassés.

    La réaction majoritaire tant sur ce blogue que sur Radio-Canada me rassure: il ne prévaudra pas.

  5. L’église ne préconise l’avortement que lorsque le père est un prêtre (à condition qu’il n’ait pas violé la mère).

    la nausée

    le neurone

    16 mai 2010 at 14 h 30 min

  6. «Je comprends très bien qu’une femme violée vit un drame et qu’elle doit être aidée.» (Marc Ouellet)

    Il comprend ! Sonnez les cloches, il comprend ! Mais, que comprend-il ?

    «Mais elle doit l’être (aidée) par rapport à la créature qu’elle a dans son sein.»

    Bref, il ne comprend rien !

    Darwin

    16 mai 2010 at 14 h 36 min

  7. Ceci étant dit le commentaire de René Charbonneau me semble extrêmement pertinent. Il est heureux que la révolution tranquille soit survenue avant que le cardinal Ouellet la provoque.

    le pas si fique que ça

    le neurone

    16 mai 2010 at 14 h 42 min

  8. L’intérêt de l’Église catholique envers les enfants

    Il y a des décennies que je n’ai pas mis le pied dans une église. Toutefois, l’avortement est un sujet très troublant. C’est une question de conscience. Une question de lois naturelle inculquée dans chaque être humain. Une question de protéger les plus faibles. J’ai l’absolue conviction que l’avortement (sauf quand la vie de la mère est en danger) est un meurtre pur et simple. Il n’y a pas le moindre doute. C’est une abomination. Voici pourquoi. Nous n’avons qu’une seule chance de naître, si c’est manqué, c’est fini pour toujours! De quel droit une femme a-t-elle un droit de vie ou de mort sur un être humain?

    Oui mais c’est le corps de la femme, elle peu le disposer comme elle le veut. Mes mains font parti de mon corps et je ne peu pas m’en servir comme je le veux pour tuer quelqu’un. Oui mais en cas de viol… On ne corrige pas un crime par un autre. Oui pour la victime d’une viole c’est tout un traumatisme. Avortement ou pas elle ne pourra pas l’éviter de toute façon. Toutefois l’enfant à naître n’a rien à voir avec le viol. Son unique chance de vivre c’est là qu’il se présente. Il n’a pas à payer de sa vie pour ce qui s’est passé. Sa mère pourra le mettre en adoption, de très nombreux couples désirent un enfant, il aura au moins l’opportunité de connaître une vie normal.

    En cas de catastrophe, c’est les enfants est les femmes d’abord ce n’est pas juste pour les corps des hommes n’est-ce pas? Les hommes occupent en général les métiers les plus dangereux et chaque année plus d’hommes que de femmes meurent d’accident de travaille. Ceci est sans parler en cas de guerre. Mais c’est ça l’ordre des choses il y a des inconvénients pour les hommes et pour les femmes.

    En ce qui concerne l’Église catholique, avec les dizaines et dizaines de milliers d’enfants abusés par des prêtres, on peut se demander des vrais motifs de la position de l’Église sur l’avortement. Nous savons que le Vatican a été plus préoccuper de protéger son image que de protéger les enfants. Depuis longtemps, l’augmentation des fidèles est dû aux naissances où ils sont vîtes baptisé avoir d’avoir l’âge de raison. On estime à 50,000,000 d’avortements chaque année dans le monde. Un fort pourcentage se trouve dans des pays catholique. Cela peu représenté des millions de catholique en moins chaque année! Pendant ce temps, les musulmans ont dépassés les catholiques en nombre. Si l’intérêt était réellement cèle de l’enfant, les scandales n’auraient jamais été ce qu’ils sont.

    Quand je vois un col romain se présenter au micro pour dénoncer l’avortement, défendre la vie, les enfants alors que l’Église catholique en a tellement maltraités, je pense qu’ils sont très mal placés pour le faire. Je suis fermement contre l’avortement non pas par appuis de l’Église catholique qui n’est pas l’exemple à suivre, mais simplement parce que c’est un horrible meurtre, un génocide de 50,000,000 enfants chaque année. Une fois l’opportunité de vivre passée, c’est terminé, elle ne reviendra plus jamais.

    Il y a toutes sortes de coûts sociales causé par l’avortement. Le coût psychologique, un taux de désordres mentaux 30% plus élevé, Flash-back pénibles, cauchemars etc. En effet, souvent peu après ou beaucoup plus tard, une femme qui se fait avorter va éprouver de terribles remords, car il est contre nature de tuer son enfant. Il y a près de 30,000 avortements chaque année au Québec. 30,000 personnes en moins pour renouveler une population vieillissante. 30,000 payeurs de taxe en moins pour les frais énormes de santé et cotisations au régime de retraite. On doit donc se tourner vers l’immigration et payer d’avantage pour l’adaptation et la francisation des nouveaux arrivés. Les couples qui veulent adopter à très grands frais doivent aller à l’extérieur du pays.

    Personnellement je n’ai aucune position sur ce sujet. Il est étonnant que souvent les supporteurs de l’avortement soient contre la peine de mort des criminels. C’est comme si ils apportent plus de valeur à un criminel qui se fait loger et nourrir au frais des contribuables qu’à un bébé. On trouve barbare de tuer des criminel mais pas les enfants à naître.

    JM Lavoie

    16 mai 2010 at 18 h 34 min

    • «Il est étonnant que souvent les supporteurs de l’avortement soient contre la peine de mort des criminels. »

      Je ne connais personne qui est pour l’avortement, mais beaucoup qui sont pour la liberté de choix en la matière. On peut être contre personnellement sans obliger les autres à penser comme nous.

      Darwin

      16 mai 2010 at 20 h 19 min

  9. C’est un psychopathe misogyne pour sur!

    Newton

    16 mai 2010 at 21 h 16 min

  10. «Le primat de l’Église catholique a félicité de nouveau le gouvernement Harper pour sa décision de ne pas financer les programmes pour la santé des femmes dans les pays du tiers-monde, dont des sommes pourraient être utilisées pour favoriser l’avortement.» En gros, la femme est une mauvaise herbe.

    seranessa

    16 mai 2010 at 23 h 27 min

  11. Il serait temps qu’il se fasse tirer sur le chignon comme Raël. Les gens ont encore trop de respect pour les robes noires.

    Monsieur Fesse

    17 mai 2010 at 7 h 47 min

  12. Viol ou pas l’avortement c’est un droit, point. Le simple fait de discuter de la gravité de l’avortement selon le contexte et sous-entendre que c’est plus acceptable en cas de viol ou lors de problèmes de santé, c’est traiter la femme comme un être inférieur qui ne sait disposer elle-même de son corps. Comme si l’avortement devait être réservé aux pauvres victimes ou encore, comme s’il y avait deux classes, deux clientèles à l’avortement.

    Comme je disais en commentaire lors de la publication du précédent billet du Barbare sur le sujet, je suis contre la peine de mort, sauf pour ces idiots.

    L’avortement pour tous et la fin de l’espèce dans soixante ans tiens, ça ne me ferait même pas de peine!

    Cannelle

    17 mai 2010 at 23 h 32 min

  13. SOYONS PRO-CHOIX et PRO-VIE !
    Le droit de la femme de préserver son intégrité corporelle et de disposer de son corps est fondamental. En tout temps, une femme doit avoir la possibilité d’interrompre volontairement une grossesse.
    Et le droit à la vie de tout être vivant arrivé à maturité doit être une valeur partagée par chaque être humain. Un fœtus suffisamment développé pour survivre à un accouchement prématuré, sans séquelles et sans support médical, mérite de vivre.
    Forcer une mère, qui ne veut pas accoucher, à porter son bébé jusqu’à terme, met la santé de l’enfant en danger. Une mère ne souhaitant pas garder un enfant jusqu’à la naissance normale émet des toxines dues au stress, au rejet mental, à l’angoisse et à la culpabilité, qui vont endommager pour toujours la santé du bébé. Cet état se trouve souvent renforcé par des compensations au mal-être dû à cette grossesse non souhaitée, comme la drogue, le tabac ou l’alcool.
    Ainsi, l’avortement doit pouvoir être pratiqué jusqu’à ce que le fœtus soit capable de survivre par lui-même, sans aucun soutien thérapeutique ou équipement médical. Parallèlement, il faut que les femmes qui ne souhaitent pas garder un enfant après ce délai puissent être informées des modalités pour accoucher prématurément et confier anonymes le bébé capable de survivre seul, à des institutions appropriées qui peuvent trouver des parents adoptifs.
    Ainsi les droits de l’enfant et de la mère sont tous deux respectés. – rael.org

    Gabriel Bluteau

    18 mai 2010 at 22 h 16 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s