Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Parler chien

with 13 comments

Lorsqu’un chien tente de me sauter dessus en mettant ses pattes antérieures sur mon ventre, je lui donne un violent coup de genou ou de pied dans le thorax. Je ne tolère pas qu’un chien tente de me dominer.

Je lui parle chien.

Je ne m’assois pas avec l’animal, je ne tente pas de lui expliquer les tenants et aboutissants de ce qu’il fait, ni n’essaie de le convaincre des grands principes moraux derrière le respect des autres. Je le conditionne. Béhaviorisme de base. Rien de plus, rien de moins. J’impose ma volonté sur l’animal, je lui démontre que je suis l’alpha. C’est la seule façon de me faire respecter par lui.

Je lui parle chien.

Chaque animal, chaque groupe, possède ses codes, ses repères, son système de communication. Il faut apprendre ce système si on veut être en mesure de se faire comprendre. Il faut apprendre à parler chien.

Je ne m’adresse pas à ma femme comme je le fais avec ma fille. Je ne parle pas à ma mère comme je le fais à mes collègues de travail. Je n’écris pas sur ce blogue comme je le fais aux parents des élèves de l’école.

J’adapte la forme de mes messages au groupe auquel je m’adresse. Je le plie aux besoins que j’ai de faire passer un message clair et sans équivoque. Je le moule avec soin, je l’enrobe d’un fin voile de diplomatie et je le livre avec aplomb, m’assurant qu’il soit bien reçu.

La méthode que j’utilise pour communiquer avec un chien n’a rien à voir avec la méthode que j’utilise avec les élèves ou ma fille. Le lien qu’il faut faire entre ces extrêmes relève du fait que j’ai dû apprendre à décoder le langage propre à chacun des ces groupes afin de pouvoir communiquer le plus efficacement possible avec eux.

Il m’arrive de faire des erreurs de décodage, de jugement de la situation. C’est ma capacité à réagir et à corriger le tir le plus rapidement possible qui me permet de récupérer une situation qui dérape et de la tourner à mon avantage. Il n’y a aucune garantie de succès. Surtout, il n’y a aucune garantie que le message soit clairement reçu et interprété par le récepteur. Il est essentiel dans ces circonstances d’apprendre à décoder aussi les signes d’une réception claire du message.

Mais ça, c’est une autre histoire.

Publicités

Written by Le barbare érudit

5 février 2010 à 14 h 10 min

Publié dans Affaires scolaires

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. 100% d’accord. Mais ce n’est pas toujours évident !

    Garamond

    5 février 2010 at 14 h 47 min

  2. Bon admettons que l’homme au couteau, qui n’est rien d’autre qu’un extraterrestre (c’est une fiction), face une erreur de décodage et de jugement de la situation, que ferait-il de Murielle ?

    alain

    5 février 2010 at 16 h 17 min

  3. Tu as de l’avenir en diplomatie internationale ou comme directeur d’école 🙂 surtout si tu sais récupérer tes-les erreurs à ton-votre avantage…

    Grande qualité que je ne possède pas très bien…

    France

    France

    5 février 2010 at 23 h 50 min

    • Je tente de récupérer mes/les erreurs le mieux possible. Mais ça ne marche pas toujours. Crois-moi.

      Je crois que souvent, je démontre un certain talent en patinage artistique.

      lebarbareerudit

      6 février 2010 at 9 h 29 min

  4. Cher Barbare,
    A l’époque des cavernes, la communication était bien plus simple.
    Cela s’appelait « la loi du plus fort ».
    Actuellement, seuls quelques personnes peuvent encore utiliser ce moyen de communication: ce sont les dictateurs, les fonctionnaires (des impôts et de l’éducation nationale), les ministres des cultes…
    Amitiés

    Armand

    5 février 2010 at 23 h 54 min

  5. Wouf wouf kalisse!

    C’est drôle mais j’ai maintenant une petite image de toi mon cher Barbare, en tutu et collants roses chaussé de patins artistique en pleine arabesque…ça fait ma journée 😉

    frankybgood

    6 février 2010 at 13 h 30 min

  6. ah mais je n’ai jamais prétendu ne pas être patineur à mon tour 🙂

    On pourrait se monter un ptit programme en couple si tu veux? Surtout que bientôt ça va être possible de me faire pirouetter au bout de tes bras!

    (bon, « bientôt » est relatif) 🙂

    frankybgood

    6 février 2010 at 13 h 36 min

  7. Puisqu’on devrait bien se voir d’ici 2 semaines…je pense que le lancer du Frank devra attendre un ti peu encore 😉

    frankybgood

    6 février 2010 at 13 h 44 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s