Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

« Drop the Pop »

with 20 comments

Vous aurez remarqué que rarement j’écris spécifiquement sur mon travail m’en tenant plutôt à des généralités d’usage. Vous comprendrez que je fais appel à mon devoir de réserve afin de protéger les intérêts des élèves, de mon employeur, ainsi que les miens. Cependant, aujourd’hui, je crois que j’ai une excellente raison de sortir de ce mutisme volontaire afin de vous entretenir sur cette journée et cette semaine qui, je l’espère, saura éveiller un certain intérêt chez vous, cher lectorat.

En début d’année, à peine entré en fonction, j’étais déjà inondé par la paperasse venant des quatre coins du Nunavik, du Québec et du Canada. L’immense variabilité de la documentation me faisait tourner la tête.

Mais un de ces documents a retenu davantage mon attention. C’était une proposition de financement pour le projet « Drop the Pop » (laisse tomber les boissons gazeuses) parrainé par la Régie régionale de la santé et des services sociaux de l’Ungava. J’ai trouvé l’idée géniale et je l’ai immédiatement passé au Comité vie étudiante pour qu’ils transforment cette proposition de financement en projet concret.

Ce qu’ils ont fait de brillante façon.

J’ouvre ici une parenthèse. Je vois mon rôle en tant qu’administrateur d’une école comme un lubrifiant entre d’un côté les idées de projets qui germent dans la tête du personnel enseignant et autre et leur réalisation. Autrement dit, une partie de ma tâche est de m’assurer que les projets puissent être réalisés pour le plus grand bien des élèves. Ça n’est pas toujours possible, et il faut souvent faire preuve d’imagination et d’ouverture d’esprit pour arriver à des solutions réalistes à l’intérieur des budgets avec lesquels nous devons composer. Fin de la parenthèse.

Donc, le Comité vie étudiante a proposé de tenir durant une semaine complète le défi de laisser tomber les boissons gazeuses. De plus, chaque jour était associé à un thème et une collation était prévue pour tous les élèves de l’école qui leur ferait découvrir les légumes, les fruits, les noix, les produits laitiers, etc.

Il faut bien comprendre ici que le Nunavik, surtout dans les très petites communautés comme celle où je travaille, n’est pas un endroit où la consommation de fruits et de légumes est très valorisée. Au contraire. La nourriture poubelle y est omniprésente et il y a là un très gros travail d’éducation pour renverser la vapeur. Mais, bon, je m’éloigne.

Cette semaine devait culminer avec la venue de deux aînées qui viendraient parler des traditions alimentaires inuit aux élèves en plus de leur faire partager un petit goûter composer essentiellement de plats dits traditionnels, après quoi nous procéderions aux tirages et à la remise d’un gaminet et d’un stylo à chaque élève.

Force est de constater que cette semaine fut un véritable succès. Les élèves ont vraiment démontré une très grande ouverture pour ces alternatives saines et nutritives aux aliments poubelles auxquels ils sont généralement habitués. De plus, la journée d’aujourd’hui, point culminant de toute cette série d’activités, a été un véritable moment de bonheur avec les deux aînées qui ont concocté des plats typiques comme le caribou gelé avec du missirak (mmm… mamaqtuk!), du poisson gelé, du suvalik et j’en passe.

Je n’ai que des remerciements et des félicitations à offrir à tous les enseignants et aux deux aînées, qui ont volontairement offert de leur temps, et qui ont travaillé d’arrache-pied pour offrir aux jeunes cette semaine exceptionnelle.

Nakurmiik marialuk!

Publicités

Written by Le barbare érudit

29 janvier 2010 à 19 h 34 min

Publié dans Affaires scolaires

20 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Cher Barbare,
    J’ai dû, autrefois, pour des raisons professionnelles, passer quelques temps en République Islamique de Mauritanie.
    Les gens qui y vivent ne sont pas riches et meurent très jeunes: Il n’existe pas de vieux mauritaniens.
    A Nunavik, c’est probablement le même problème et les gens qui mangent de la nourriture « traditionnelle » n’ont peut-être pas le temps d’attraper de maladies cardiovasculaires.
    Il y a parfois d’autres causes que l’obésité (ou le tabac) aux maladies…
    Amitiés
    Citation célèbre.
    « Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. » (Mark Twain)

    Armand

    30 janvier 2010 at 0 h 20 min

    • Le projet visait à éduquer les jeunes sur la santé alimentaire en leur présentant des aliments qu’ils n’ont pas l’habitude manger. En ce sens, ce fut un immense succès.

      lebarbareerudit

      30 janvier 2010 at 7 h 44 min

  2. Ben là mon vieux, faut pas ouvrir la porte large de même…

    Après Barbare et mon Ami-ral…puisque tu te définis toi-même comme le lubrifiant…j’ajoute officiellement « Monsieur KY » à ta liste de surnoms!
    .
    .
    .
    « Votre prénom à vous, c’est François, c’est Juste? »

    😆

    frankybgood

    30 janvier 2010 at 3 h 40 min

  3. Combien coûte un Coke chez vous ?
    Si c’est pas cher, la bataille sera dure…..

    Garamond

    30 janvier 2010 at 7 h 20 min

    • Le prix n’a aucune importance. Les boissons gazeuses sont très chère, mais pratiquement tout le monde en boit. Et certains boivent beaucoup!

      La bataille est très dure.

      lebarbareerudit

      30 janvier 2010 at 7 h 47 min

  4. Boire un COCA est-il plus dangereux pour la santé que de « manger du phoque cru avec les mains en lisant du Baudelaine. » ?

    alain

    30 janvier 2010 at 8 h 17 min

    • C’est définitivement plus dangereux boire un COCA que de lire du Baudelaire, les mains ensanglantées et la bouche remplie de phoque.

      lebarbareerudit

      30 janvier 2010 at 8 h 25 min

  5. Belle initiative éducative! Chez nous, on parle de malbouffe mais tu crois qu’on fait quelque chose à part parler de zonage autour des écoles?

    De plus, tu me corrigeras, mais j’ai lu quelque part que l’alimentation nord-américaine serait particulièrement nuisibleà la santé des peuples autochtones. Je me trompe?

    Le prof masqué

    30 janvier 2010 at 8 h 23 min

    • Le régime alimentaire Nord-Américain est dangereux pour tout le monde, pas seulement pour les autochtones.

      Mais non, je ne me souviens pas avoir lu une telle chose.

      lebarbareerudit

      30 janvier 2010 at 8 h 26 min

  6. En complément d’info:

    Il y a eu plusieurs études sur l’alimentation des Inuit (je ne parlerai pas des autochtones ici puisque les Inuit n’en sont pas…mais bon, ça c’est un autre billet)

    La confusion vient du fait que, justement, quand on a publié ces études montrant que le régime alimentaire Nord Américain était néfaste pour les Inuit, tout de suite s’est répandue l’idée que c’était « spécifiquement » ou « uniquement » néfaste pour eux. Comme le dit l’Ami-ral KY, il est néfaste pour tous.

    Mais plus précisément, la diète des Inuit a, pendant des millénaire, été composée presque exclusivement de viandes et de gras animal, (phoque, caribou, béluga, oies, lagopèdes, poisson, etc) et de petits fruits des champs pendant les quelques semaines estivales. Ce qui se traduit donc par des protéines en quantité industrielle, du bon cholestérol, des Omega-3 et Omega-6, des beta-bloqueurs, anticoagulants, presque aucun sucre, etc. Et comme ils étaient nomades, chasseurs et pêcheurs pour survivre, ils étaient très actifs physiquement…

    Si on recule à peine 60 ou 70 ans en arrière, les cancers, maladies cardiaques, diabètes, obésité chronique et autres n’existaient pas chez eux. Mais depuis que les villages permanents se sont développés, que les Inuit se sont sédantarisés (dans les 2 sens du mot), que la nourriture « sudiste » a fait son apparition dans de petits magasins généraux jusqu’à des quasi-épiceries aujourd’hui, la facilité et donc la malbouffe a prit le dessus…et ces maladies sont maintenant en nombre important.

    Alors, en ce sens strict, effectivement, le régime Nord Américain a été très néfaste pour eux.

    Deux petites anectodes en terminant:

    1)Dans mes premières années à Kangiqsujuaq, j’ai passé 2 ans comme directeur adjoint en plus de ma tâche d’enseignant et un jour une enseignante m’amène une élève au bureau à 13h30 (à peine 15min après le retour du dîner) et elle me dit que la petite (à peine 8 ans) ne tient pas en place, impossible de la faire arrêter de bouger. J’ai tout de suite eu un doute: « Geela, qu’est-ce que tu as mangé à la maison? » Sa seule réponse: « Pepsi »…. »Tu as seulement bu du Pepsi? Combien? » Elle me montre sa main…toute grande ouverte 😯 « Tu as bu 5 Pepsi pour dîner???? » Oui mes chers…c’était ça son dîner! Le Pop au Nunavik, c’est un vrai fléau.

    2)Un jour, je suis à discuter avec le gérant de la Coop à Kangiqsujuaq, il est en train de prendre une pause le jour où il doit remplir ses commandes pour la desserte maritime estivale. Je regarde ses papiers et je remarque assez facilement qu’il commande 22000 caisses de 24 canettes de pop! Sur le coup, je trouvais déjà que c’était énorme…mais en revenant chez moi, j’ai fait un ptit calcul. Ça représente 3 canettes par jour par habitant du village! Et là, ya des bébés dans ce nombre-là, ya du monde qui n’en boivent pas…ça veut dire que les autres, en boivent un méchant paquet! Et le comble…la Coop n’est pas le seul gros magasin qui en vend…ya le Northern aussi! Absolument délirant!

    (un peu long mais ça vaut la peine je crois…)

    frankybgood

    30 janvier 2010 at 9 h 47 min

  7. « Si on recule à peine 60 ou 70 ans en arrière, les cancers, maladies cardiaques, diabètes, obésité chronique et autres n’existaient pas chez eux. »

    Je crois qu’on ne peut pas négliger le fait que l’espérance de vie était aussi beaucoup plus limité qu’aujourd’hui, ce qui fait que plusieurs maladies dégénératives n’avaient probablement pas le temps de faire leur apparition. On pense ici au cancer, entre autre.

    lebarbareerudit

    30 janvier 2010 at 9 h 52 min

  8. D’accord pour les maladies dégénératives en général mais pour les cancers, les facteurs aggravants de plusieurs d’entre-eux sont très clairement identifiés à des mauvaises habitudes de vie: alimentation, sédentarité, tabagisme, etc.

    frankybgood

    30 janvier 2010 at 10 h 01 min

  9. J’aime beaucoup votre initiative. De 1) il faut parfois une personne-clé pour lancer à bien un projet, quelqu’un qui a du leadership (en as-tu surement!)

    2) Découvrir de nouvelles choses – alimentaires dans ce cas est toujours intéressant. Ça dépend de la façon dont cela est présenté. Vous avez réussi haut la main!

    Après tout quand on ne connait pas quelque chose, comment peut-on seulement l’apprécier?

    demijour

    30 janvier 2010 at 10 h 46 min

    • j’ajouterai pour finir ma dernière phrase: qu’il faut un initiateur pour nous faire découvrir de bonnes choses (le vin étant parmi ceux-ci 😉 )

      demijour

      30 janvier 2010 at 10 h 47 min

  10. Passionnant cher barbare. Une question c… : D’où viennent les légumes ?

    fox

    3 février 2010 at 5 h 28 min

    • Les légumes arrivent par avion. Il n’y a évidemment pas de producteurs locaux de légumes. Ni de fruits.

      lebarbareerudit

      3 février 2010 at 7 h 58 min

      • Oserai-je?

        BIEN SÛR!!!!

        Les légumes à Kativik…ils poussent en haut de l’organigramme!!!!

        frankybgood

        3 février 2010 at 8 h 18 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s