Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Le lecteur de livre électronique Sony Reader

with 31 comments

Durant le temps des fêtes, je me suis procuré le lecteur de livrel Sony Reader Touch Edition. Je comprends que plusieurs d’entre vous sont très curieux d’en apprendre davantage au sujet de cette petite merveille, je vais donc vous en faire un compte-rendu assez détaillé.

Apparence

L’appareil parait à première vue très bien fabriqué. Il est fait d’aluminium anodisé avec l’immense écran trônant au centre de la face avant du lecteur. Il s’agit d’un écran de 6” de type Vizplex de e-Ink. Cette technologie donne l’impression de lire du papier et n’est pas dure sur les yeux. J’y reviendrai plus loin. Immédiatement sous l’écran, on trouve cinq boutons qui permettent de tourner les pages, de retourner au menu principal, d’augmenter la taille des caractères à l’écran et d’accéder à un menu d’option contextuel. Le dos de l’appareil est recouvert d’une surface caoutchoutée qui permet d’avoir une bonne prise sur le lecteur sans que ce dernier ne glisse entre nos doigts.

La tranche gauche du lecteur est arrondie ce qui rappelle la reliure d’un livre. Touche intéressante de la part de Sony. Le dessus du lecteur comporte le bouton de mise en marche ainsi qu’une fente pour y insérer une carte de mémoire Memory Stick Duo et une seconde fente pour une carte de type SD. Le dessous comporte l’anneau pour y attacher une ganse, une prise pour y brancher un adaptateur pour charger l’appareil, le port USB pour synchroniser avec un ordinateur, une prise pour des écouteurs et le bouton de volume.

Il est possible d’utiliser des cartes de mémoire jusqu’à 16 GB pour ainsi augmenter considérablement la mémoire interne du lecteur. Parlant de mémoire interne, celle-ci permet d’enregistrer environ 350 livres. De plus, l’appareil supporte la musique au format mp3 et AAC. Donc, musique et lecture, quel beau mélange!

Enfin, Sony fournit un stylet dont on peut se servir avec l’écran tactile et qui se range en le glissant le long de la tranche droite de l’appareil.

Utilisation

Ça fait maintenant plus de deux semaines que je possède et utilise mon lecteur de livrel Sony. J’y ai mis environ 80 livres que j’ai été cherché sur gutenberg.org, manybooks.net, livres-et-ebooks.fr et ebooksgratuits.com. Ce sont toutes des sources de livrels gratuits. Avec un petit effort, on réussit à trouver des milliers de livres gratuits, libres de tout droit.

Lorsqu’on met le lecteur sous tension, nous revenons automatiquement là où nous l’avions éteint. Ainsi, lorsque je rallume mon lecteur après l’avoir éteint, je suis de retour à la page que j’ai laissée. Très pratique pour poursuivre la lecture du livre en cours.

Le menu principal est composé de grosses icônes qui rendent vraiment facile la navigation dans l’interface avec ses doigts. On peut ainsi poursuivre la lecture du livre en cours, accéder à la bibliothèque de livres, accéder aux notes, naviguer les livres par catégories, écouter de la musique, faire un dessin ou autres.

En effet, comme il est muni d’un écran tactile, Sony a cru bon d’inclure dans la suite logicielle de son lecteur une application pour gribouiller des notes à l’aide de ses doigts ou du stylet. C’est très amusant même si le temps de réponse entre le geste et l’apparition du dessin est souvent long. Il reste que c’est une touche supplémentaire en sa faveur.

Évidemment, la lecture est la principale (la seule!) raison de posséder un tel gadget. Pour tourner les pages, il suffit d’appuyer sur le bouton pour tourner les pages ou de faire glisser son doigt sur l’écran de droite à gauche ou vice-versa en fonction de l’option choisie dans les paramètres. Il est toujours possible de changer la taille des caractères en appuyant sur le bouton zoom et en choisissant une nouvelle taille. Cependant, lorsqu’on lit des documents PDF, il est impossible d’agrandir les caractères, donc le lecteur zoom sur la page pour simuler cette fonction.

Parlant des formats supportés par l’appareil, Sony a décidé d’aller à contre-courant d’Amazon et supporte le format ouvert EPUB. C’est une très bonne nouvelle puisque ça évite de se retrouver dépendant d’un seul fournisseur de contenu, à savoir Amazon. Le lecteur supporte aussi les formats PDF, TXT, Word, RTF et bbeb.

Il est possible de changer l’orientation du lecteur afin de lire en portrait ou en paysage. On trouve de plus un dictionnaire (en anglais seulement) qu’il est possible de consulter en double tapant un mot dans une page. Très très pratique et ça fonctionne à merveille. Comme je le mentionnais plus tôt, l’appareil lit aussi la musique en format mp3 ou AAC. Enfin, il possède aussi des capacités limitées d’affichage d’images en format JPG, png, GIF et BMP.

Appréciation

Donc, qu’est-ce que j’en pense. Il faut s’entendre sur une chose ici : je ne suis pas en train de faire l’apologie des lecteurs de livrels. Je suis en train d’évaluer un gadget qui est très loin d’être une nécessité. C’est en ce sens qu’il faut interpréter mes commentaires.

La première chose que je dirai, c’est que j’adore mon lecteur Sony. C’est un appareil agréable à utiliser, bien fait, de belle apparence et qui semble solide. L’interface est particulièrement bien pensée et intuitive.

Le Vizplex de e-Ink est très agréable à lire. Ce n’est absolument pas fatigant pour les yeux. Les caractères sont très clairs et même avec une fonte de petite taille, je n’éprouve aucune difficulté à lire. Petit bémol cependant, j’ai pu comparé mon lecteur avec le modèle sans écran tactile et la différence est notable. Le contraste est plus élevé sur l’autre modèle et il y a moins d’effet de réflexion de la lumière ambiante. C’est donc un pensez-y-bien lorsque vient le temps de faire un choix.

Bien que l’interface soit très bien pensée, il n’en demeure pas moins que c’est un appareil qui est lent. Il y a toujours un court délai entre le moment où on appuie sur une touche et la réaction de l’appareil. C’est loin d’être un problème majeur, mais c’est notable.

J’ai tenté d’utiliser le logiciel de gestion des livrels qui vient avec le lecteur Sony, mais peine perdue, je suis passé à Calibre, un logiciel de gestion des livrels multiplateformes autrement plus intéressant et fiable. Je vous recommande sans hésitation de l’utiliser aussi. D’autant plus qu’il supporte à peu près tous les lecteurs de livrels disponibles sur le marché. Un excellent produit. Gratuit!

Donc, ma conclusion? Je ne me passerais plus de mon lecteur. Mais je peux comprendre que plusieurs préfèrent rester avec les livres en papier. C’est cher et relève plus du caprice que de l’absolue nécessité.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser, je tenterai d’y répondre au meilleur de ma connaissance.

Publicités

Written by Le barbare érudit

4 janvier 2010 à 21 h 39 min

Publié dans Général

31 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Cher Barbare,
    Un grand inconvénient est que les droits d’auteur ne sont pas payés.
    Si tu veux rester dans la légalité, il te faudra donc te contenter de romans anciens (Bible, Coran, classiques latins et grecs si l’alphabet le permet), déjà numérisés.
    Pour lire le journal dans le Métro (ou le bus) sans déranger les autres passagers, je crains que tu ne doives de contenter de l’almanach Vermot ou du « jardin pittoresque »! 😉 😉 😉 😉
    Amitiés

    Armand

    5 janvier 2010 at 0 h 34 min

    • Deux choses en réponse à ce commentaire.

      Premièrement, c’est bien mal me connaître que de croire que je suis du genre pirate du web. Je respecte scrupuleusement les droits d’auteurs pour la simple et bonne raison que sans ce respect, il y aurait de moins en moins d’œuvres à nous mettre sous les yeux. Ce qui fait que toutes les sources que j’ai cité dans cet article offrent des livres électroniques gratuits légalement, en français, en anglais et dans à peu près toutes les langues du monde. Ce sont des livres qui sont libres de tout droit parce qu’ils ont tous plus de cinquante ans, ce qui ne les rend pas moins intéressant pour autant.

      Deuxièmement, et je n’en ai pas parlé dans ma critique, mais il existe de nombreux vendeurs de livrels sur le net. Il est donc possible d’acheter des livres récents en toute légalité afin de pouvoir les lire sur le Reader. En voici quelques-uns :
      http://www.ebooks.com/

      http://www.booksonboard.com/index.html?ebooks=ebooks

      http://ebookstore.sony.com/

      Et en français http://jelis.ca/

      Voilà! Bonne lecture!

      lebarbareerudit

      5 janvier 2010 at 7 h 41 min

  2. Je trouve ce gadget fantastique mais le prix me semble exagéré. Un lap top usagé ferait la même chose et beaucoup plus encore pour le même prix…

    Garamond

    5 janvier 2010 at 7 h 52 min

    • La vrai raison de préféré un lecteur de livrels à un portable ou un iPhone/iPod touch pour la lecture, c’est l’écran. Son écran Vizplex à encre électronique est tout simplement génial. Il faut le voir pour le comprendre. C’est pratiquement comme lire sur du papier. C’est doux pour les yeux ce qui rend la lecture infiniment plus agréable que sur l’écran rétroéclairé d’un portable ou d’un iPhone/iPod touch.

      Mais ça demeure un produit spécialisé et ça n’offre pas la flexibilité d’un ordinateur. Ça, c’est certain.

      lebarbareerudit

      5 janvier 2010 at 8 h 28 min

  3. Merci pour l’info. Je crois bien m’en procurer un lorsqu’ils seront plus abordables. Je trouve ça pratique à trainer plutôt que livres et magazines dans ma sacoche déjà plus grosse qu’une valise. En transport en commun matin et soir c’est intéressant.

    Je serai même prête à acheter des livres de cette façon. Ma crainte actuelle: ne pas avoir de choses qui m’intéressent à lire de disponible…

    Mais tu me tentes c’est certain 🙂

    demijour

    5 janvier 2010 at 12 h 06 min

    • J’ai mis plusieurs liens vers des boutiques de livres en-ligne. Il est certain que si tu lis l’anglais, le choix est très impressionnant. Mais faute de lire l’anglais, il y a quand même de nombreux livres disponibles, surtout si on regarde pour les livres gratuits libres de droits.

      lebarbareerudit

      5 janvier 2010 at 19 h 32 min

  4. J’ai emprunter un PRS300 (modèle à 5 pouces) pendant les Fêtes pour essayer…pis honnêtement…pas capaaaable!

    Désolé, ça me prend le papier. Pis j’ai comme le besoin de retrouver le livre dans ma bibli une fois lu. J’sais pas…peut-être un jour.

    frankybgood

    5 janvier 2010 at 16 h 02 min

  5. J’avais acheté la première version du Reader de Sony. Les deux principaux défauts que je lui reprochait étaient la lenteur et le contraste pas assez élevé.

    J’espère qu’ils ont amélioré ces deux « problèmes ».

    Bonne lecture! 🙂

    – Mazz

    Mazzaroth

    5 janvier 2010 at 16 h 03 min

    • La lenteur est en partie réglée. Par exemple, tourner une page ne prend pratiquement pas de temps sur mon lecteur. La page « flashe » un instant (moins d’une seconde) et la nouvelle page est là.

      Le contraste est de beaucoup supérieur sur le PRS300 que sur le PRS600. Je recommande fortement d’en faire la comparaison en boutique avant d’arrêter son choix. Personnellement, je trouve le PRS600 très bien, mais je peux facilement voir que certains trouveront ça trop difficile à lire s’il manque de lumière.

      lebarbareerudit

      5 janvier 2010 at 19 h 35 min

  6. la dématérialisation de la culture est probablement inévitable, et ceux qui craignent pour les droits d’auteur ont tort. Quand les prix tomberont ( ce qui est inévitable) les auteurs auront une meilleure part, toujours trop petite mais quand même meilleure qu’actuellement où ils se font la plus part du temps voler.

    Moukmouk

    5 janvier 2010 at 21 h 05 min

  7. Cet appareil sera désuet dans moins d’un an, comme pour les autres appareils électroniques. Il deviendra plus populaire en autant qu’il accomplisse d’avantage de tâches, donc quand il sera moins spécialisé.

    Perdre ou endommager l’appareil entraîne des coûts et des ennuis.

    Une source d’énergie est nécessaire à son fonctionnement, normal vous me direz, pas pour un livre que je répondrai!

    Je le crois utile pour lire les journaux téléchargés le matin.

    L’appareil trouvera sa niche dans quelques années. Nous sommes encore assez loin d’un «livre électronique».

    Accent Grave

    Accent Grave

    6 janvier 2010 at 9 h 15 min

    • Je ne suis pas convaincu de ça. Il y a un grand potentiel de croissance avec ce type d’appareil. On n’a qu’à regarder du côté du CES à Vegas pour s’en convaincre avec la panoplie de compagnies qui présentent leur propre lecteur de livrels. De plus, le Kindle d’Amazon est, dans une certaine mesure, un succès. Je crois qu’il y a un momentum qui est en train de se bâtir autour de cette technologie et il sera très difficile à arrêter.

      lebarbareerudit

      9 janvier 2010 at 9 h 45 min

  8. « la dématérialisation de la culture est probablement inévitable… » et je trouve cela bien triste…

    Qu’est-ce qu’on fait du plaisir d’ouvrir un livre et d’y plonger le nez pour y respirer l’odeur de l’encre fraîche!
    Et celui de relire un livre usées parce que trop regardé, trop lu, trop rêvé…

    Barbare toi qui lis et/ou relis les grands classiques de la littérature, il me semble que lire Alexandre Dumas sur une tablette électronique…en tout cas!

    Gabichou

    8 janvier 2010 at 12 h 36 min

  9. Si on entend par « dématérialisation de la culture » le fait que les supports physiques de la culture vont avoir tendance à disparaître, je crois que c’est effectivement inévitable. C’est déjà très avancé dans le domaine de la musique : vous êtes-vous présenté dernièrement chez un disquaire? C’est assez triste de les voir fondre à vu d’œil! À part les grands succès, le choix devient pathétique. Pourquoi? Parce que tout est disponible sur iTunes ou en ligne via youtube et autres services d’écoute ou de visionnement en ligne. Je crois que la même chose se produira avec l’édition et la presse. Mais beaucoup plus vite.

    Il y a ici matière à écrire un autre billet. Je vais réfléchir à ça et j’y reviendrai probablement dans un avenir prochain.

    lebarbareerudit

    9 janvier 2010 at 9 h 40 min

    • Effectivement, la disparition des supports physiques de la culture est inévitable. Mais si on prend l’exemple de la musique, est-ce vraiment un désavantage culturel? Je crois justement que la venue d’iTunes nous permet un plus grand accès à la culture musicale. On peut maintenant découvrir de nouveaux artistes 99 cents à la fois…ce que le disquaire, chez qui on doit se déplacer en plus, ne nous offre pas. Mais là, une autre question se pose…les redevances qu’Apple verse pour vendre de la musique…est-ce que les artistes y trouvent vraiment leur dû ou si ce sont encore une fois les distributeurs qui engrangent le moton?

      frankybgood

      9 janvier 2010 at 9 h 49 min

      • Il y a deux questions dans ça :
        1. l’argent;
        2. l’accès.

        Pour l’argent, je crois que pour l’instant, ça ne change pas grand chose. Ça pourrait évoluer grandement si Apple permettait à des artistes de se produire eux-même et de vendre directement leur musique sur iTunes sans passer par un distributeur. J’imagine que ça viendra.

        Pour l’accès, c’est certain que c’est crissement plus facile d’être sur iTunes et de cliquer [acheter] lorsqu’on découvre une pièce qu’on aime. Mais j’ai des réserves par rapport à ça. Premièrement, la musique est encodée en AAC qui est un format compressé avec perte. Et juste à cause de ça, je refuse d’acheter de la musique sur iTunes. C’est d’autant plus inacceptable qu’Apple offre un format d’encodage avec compression sans perte : le Apple Lossless (ALAC). Au pire des cas, Apple pourrait se tourner vers le flac. Ensuite, je ne suis pas capable d’acheter des pièces musicales « à la carte ». J’achète des albums en entier. Je sais, iTunes vend aussi les albums. Mais avec la connexion internet que j’ai ici, on va oublier ça, OK?

        Cependant, et c’est là le cœur du sujet, je suis de l’école qui prétend qu’il faut se détacher de la matière en ce qui concerne les contenus. Je lis l’œuvre d’un auteur, pas le livre. Les taches d’encre sur la pulpe de bois, à la fin, pour moi, c’est bien beau, mais ça ne change rien à l’œuvre en soit. J’y reviendrai.

        lebarbareerudit

        9 janvier 2010 at 9 h 58 min

        • Bah, tu sais bien que 95% des gens qui achètent sur iTunes mettent juste ça dans leur iPod ou sur leur ordi…pis que l’encodage AAC c’est ben en masse pour eux. Pour les autres qui sont des malades Hi-Fi avec des systèmes de son à 100000$, ben, ils pourront toujours se faire venir des CDs en importation chez Dutchies!

          En passant, avec mes 760+ CDs, j’ai longtemps été un inconditionnel de l’achat du support physique…mais tranquillement, ça me dérange moins. Et tu sais, moi et mon super dial-up à 4kb/sec, quand je spotte un album sur iTunes qui m’intéresse, ben j’attends l’heure de me coucher, pis j’le downloade à ce moment là…pis au lever, tadam! Lâche-moi avec ton Tamaani, t’es plus vite que mon dial-up!

          frankybgood

          9 janvier 2010 at 10 h 15 min

  10. […] laissez un commentaire » Moukmouk, sur un récent billet : […]

  11. Je le découvre un peu en retard, mais voilà un excellent billet,

    Je fais une utilisation intensive du Sony Reader depuis quelques jours et je suis tout à fait ravi. Nettement supérieur au Cybook Opus que j’ai testé la semaine dernière. Voir mon billet : Étreintes fatales : Emma Bovary et Cybook opus.

    http://bibliobabil.blogspot.com/2010/07/etreintes-fatales-emma-bovary-et-cybook.html

    Je pensais m’acheter l’IPAD, mais son prix est dissuasif puisque je dispose déjà d’un ordinateur portable.

    En passant, j’ai largué mon exemplaire papier de la Bovary — en poche — illisible une fois qu’on s’est frotté à l’encre électronique. 🙂

    Luc Jodoin

    24 juillet 2010 at 22 h 42 min

  12. bonjour

    je viens de voir par hasard qu’il existe des lecteurs de livres électronique !!
    mais j’aurai une question !!
    est ce que ce sont des livres sur écran ?
    ou est ce qu’il y a une voix qui lit ces livres ?
    vous comprendrez mieux le sens de ma question si je vous dit que je demande ça car mon fils est dyslexique !!
    et donc la lecture lui est très, pénible !!!!

    isabelle

    16 mars 2011 at 16 h 45 min

  13. J’ai une question! J’hésite toujours entre un « kindle » de amazone et le « reader » de sony.
    Est ce que le lecteur de sony permet de se connecter avec wifi?
    Merci pour votre réponse.
    Mes amitiés

    oumni

    31 août 2011 at 11 h 38 min

    • Kindle. Aujourd’hui, je n’hésiterais même pas. Ne serait-ce qu’à cause du catalogue de titres disponibles sur Kindle. De plus, je crois qu’il est mieux fait et plus confortable à utiliser.

      Le barbare érudit

      8 septembre 2011 at 10 h 25 min

  14. bonsoir,

    je veux acheter un sony reader pour ma fille de 9 ans qui adore faire la lecture et les bd.
    Est-ce-que nous avons beaucoup de livres en français et les bd pour les enfants?
    Et quel modèle est mieux pour elle?
    Merci beaucoup pour votre aide

    Cat

    catherine

    22 septembre 2011 at 23 h 57 min

  15. salut, mon chum vient de me dire (je l’ai convaincu) qu’il m’achète un lecteur de livre électronique pour noel…son copain lui a dit que le sony est le meilleur achat…j’ai regardé un peu sur le net et il est écrit: Le Kobo touch est le meilleur lecteur de livre électronique sur le marché…qu’en pensez-vous? et j’ai vu qu’il y a des écran noir et blanc et d’autres sont en couleur…que me conseillez-vous? personnellement j’ai peur de trouver ça monotone en noir et blanc! j’attends vos réponses…avant noel svp! lol…

    Karo

    7 décembre 2011 at 0 h 31 min

  16. Je voudrais préciser que la fonction zoom en PDF semble fonctionner correctement, soit par une ré-écriture de toute la page avec une police plus grosse. Sur un livre PDF que je teste en ce moment, de 158 pages, si je zoom la police, j’obtiens 3 fois chaque page, mais correctement formatée pleine hauteur et largeur.

    Plus je zoom, moins il y a de mots en largeur, donc clairement le re-formattage fonctionne pour certains types de PDF, ou la mise à jour que j’ai installé apporte ce correctif important.

    Laurent

    25 décembre 2011 at 19 h 04 min

  17. […] Le lecteur de livre électronique Sony Reader « Le barbare érudit4 janv. 2010 … Durant le temps des fêtes, je me suis procuré le lecteur de livrel Sony Reader Touch Edition. Je comprends que plusieurs d’entre vous sont très … […]

    Sony lecteur | Bewfalla

    29 décembre 2011 at 14 h 23 min

  18. Je me suis acheté un lecteur électronique Sony Reader. J’entre des livres dans mon ordinateur, quand vient le temps de l’envoyer dans mon livre électronique, ca ne marche pas, venez a mon secours Merci. Mamie

    marcelle

    11 janvier 2012 at 12 h 26 min

    • Je vous recommande fortement d’utiliser le logiciel Calibre (http://calibre-ebook.com/) pour gérer votre bibliothèque de livrels. Ce n’est pas le plus bel interface jamais imaginé, mais il fonctionne à merveille avec TOUTES les liseuses numériques.

      Bonne chance!

      Le barbare érudit

      11 janvier 2012 at 13 h 11 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s