Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Créer des liens

with 18 comments

  • Qu’est-ce que signifie “apprivoiser”?
  • Les hommes, dit le renard, ont des fusils et ils chassent. C’est bien gênant! Ils élèvent aussi des poules. C’est leur seul intérêt. Tu cherches des poules?
  • Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu’est-ce que signifie “apprivoiser”?
  • C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie “créer des liens…”.
  • Créer des liens?
  • Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…
    Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince

Je veux vous apprivoiser.

C’est ce que, chaque fois que je prends le temps d’écrire un nouveau billet, je tente de faire tant bien que mal. Je me sens comme ce petit renard et j’essaie de créer des liens, métaphoriquement et littéralement.

Internet est une affaire de liens. Plus il y a de liens entre les pages, plus il est facile de trouver quelque chose. Plus je mets de liens sur un billet, plus il y a de chance que mon billet se trouve promu par Google ou tout autre site de recherche. Ça, c’est comment ça marche dans la technique.

Mais il y a plus que ça. Nous formons, les blogueurs, une communauté d’individus unis par notre intérêt : celui d’être des producteurs de contenu. Un contenu pas toujours intéressant, ni même pertinent, parfois brillant, génial, mais un contenu quand même. Nous formons une communauté d’écrivain plus ou moins amateur, certains meilleurs que d’autres (non, je ne juge personne ici et maintenant) animés par un réel désir d’exprimer ce que nous ressentons, ce que nous vivons, partageant notre expérience, notre plume, nos récits.

Tout cela prend du temps, parfois beaucoup de temps. C’est un travail patient de construction d’un univers personnel où les visiteurs viennent nous retrouver. Et s’ils y trouvent quelque chose qui éveille leur intérêt, un lien se forme et vient consolider une partie de ce que nous sommes, vient cristalliser cette relation virtuelle.

En créant des liens, je ne m’assure pas seulement de la visibilité pour mon blogue, mais je permets à d’autres blogueurs d’augmenter la leur. C’est aussi ce qui se produit lorsque je commente leurs billets et qu’ils commentent les miens.

Puis il y a cette complicité virtuelle qui se développe, ces amitiés qui apparaissent, l’inspiration que peut provoquer la lecture de telle ou telle chose chez un collègue. Tout cela impossible dans un univers où les liens sont inexistants.

Dernièrement, Mazzaroth parlait des livres électroniques et de la façon dont cela changerait probablement notre rapport à la publication. Je cite un passage particulièrement intéressant :

Imaginez que l’écrivain puisse préparer son livre et modifier certains passages selon l’heure ou le lieu où vous le lisez. Imaginez que l’auteur puisse changer des passages en temps réel, pour les corriger ou les améliorer. Imaginez la formation de cercles de lectures où vous pouvez synchroniser les différents lecteurs afin qu’ils puisse échanger sur un chapitre sans voir le chapitre suivant, ou se laisser des commentaires, ou des idées. Imaginez que vous puissiez suggérer des améliorations à l’auteur d’une œuvre en ajoutant une note sur un passage particulier.

Ne vivons-nous pas déjà cela grâce à l’internet et à la blogosphère? Il n’est pas rare que je corrige des textes après les avoir publiés; vous pouvez les commenter et suggérer des pistes pour poursuivre la réflexion; tous peuvent échanger dans les commentaires et discuter du contenu. Tout cela impossible autrement que via le web 2.0.

Mais nous pouvons aller encore plus loin dès maintenant grâce à l’incroyable capacité de liaison qu’offre l’internet. Ainsi que je viens tout juste de le faire en liant mon blogue avec celui de Mazzaroth. Les possibilités sont immenses et permettront d’augmenter de façon exponentielle la capacité de recherche des idées au fur et à mesure que le web se développera.

Voulez-vous être apprivoisés aussi?

Publicités

Written by Le barbare érudit

28 novembre 2009 à 22 h 07 min

Publié dans Général

18 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Mouissss!!! Mais ce n’est vraiment pas de tout repos! Je me réfère ici à un de tes conseils (avertissements?) sur le fait qu’il souvent qu’on publie un billet en pensant qu’il provoquera beaucoup de commentaires/réactions et que ça tombe à plat. Et que des conneries soient commentées à l’infini. C’est parfois pénible sur le moral…mais bon, je vais m’habituer. Je ne veux juste pas que ça affecte ma productivité blogueuse à mon premier mois!

    Allez, bonne nuit…

    frankybgood

    29 novembre 2009 at 3 h 50 min

    • Tu le remarques, il n’y a pas de formules magique pour ça. Essais et erreurs.

      De toute façon, il ne faut pas bloguer pour les commentaires. Il faut bloguer parce qu’on a du plaisir à écrire et on se sait lu. Voilà tout.

      Pour moi, les commentaires, c’est comme la sauce sur un bon steak : c’est crissement bon, mais s’il n’y en a pas, la viande est là quand même.

      lebarbareerudit

      29 novembre 2009 at 8 h 13 min

  2. 100% d’accord ! J’ai réussi à créer des liens avec quelques rédacteurs de blogues, qui me répondent. Cependant, il y en trop, la majorité, qui de réagissent pas à ce que j’écris. Pas un mot, pas un commentaire.
    Pas le temps de tout lire, paraît-il….
    J’aime bien votre blogue et je suis avec intérêt votre vie de couple; du moins, ce qui est rapporté sur le blogue.

    Garamond

    29 novembre 2009 at 7 h 57 min

    • J’essaie généralement de répondre à chaque commentaire qu’on me poste. Comme ça ne dépasse pas vraiment la dizaine en ce moment, c’est tout à fait gérable. J’ai comme principe que si les gens prennent la peine de m’écrire quelque chose, c’est la moindre des politesses que de prendre le temps de leur répondre, ne serait-ce que d’acquiescer leur présence.

      Merci de suivre mes élucubrations et de les apprécier. En ce qui concerne ma vie de couple, tu comprendras que je me garde tout de même une petite gêne. J’admire, en un sens, ces blogueurs et blogueuses qui étalent au grand jour leur vie privée, mais ce n’est pas vraiment mon genre.

      Au plaisir!

      lebarbareerudit

      29 novembre 2009 at 8 h 11 min

  3. J’ai découvert votre blogue en lisant celui de Patrick Lagacé. Depuis, petit à petit, je me laisse apprivoiser par vos billets.

    De plus,vous apportez un peu de soleil dans ma vie et je vous en remercie.

    Marie-Jo

    29 novembre 2009 at 8 h 42 min

    • C’est toujours un immense plaisir de découvrir de nouveaux lecteurs et de nouvelles lectrices. Sois la bienvenue et n’hésite pas à participer.

      Quant au soleil que je te procure, il est gratuit! Profites-en autant que tu le désires.

      lebarbareerudit

      29 novembre 2009 at 8 h 48 min

  4. Comme Marie-Jo c’est grâce à Patrick si j’ai découvert ton blogue. Depuis j’aime te lire. Continue mois aussi tu m’as apprivoisé.

    Régent Oicard

    29 novembre 2009 at 10 h 21 min

    • Bienvenu Régent. Si je t’ai apprivoisé, et bien tant mieux! Ça veut dire que je ne me suis pas trop gouré au cours des derniers mois à écrire des niaiseries.

      Merci!

      lebarbareerudit

      29 novembre 2009 at 10 h 25 min

  5. J’vais laisser la chance aux autres tiens 😉

    Drew

    29 novembre 2009 at 10 h 51 min

  6. J’ai également découvert ce blogue grâce à Patrick Lagacé. Depuis, j’en suis une lectrice assidue.

    C’est intéressant, cette réflexion sur les liens créée grâce aux blogue. Pour ma part, je suis adepte du read and run… Je lis, je réfléchis, et je me sauve sans commenter. Le fait de ne pas bloguer, ça donne parfois l’impression d’être exclu du groupe, de ne pas pouvoir y participer.

    Ça ne veut pas dire pour autant que vos textes ne viennent pas me chercher. Ils me forcent à me questionner. Ils me touchent. Merci de partager avec une telle générosité 🙂

    djali

    29 novembre 2009 at 12 h 16 min

    • Lorsque je parle des liens entre les blogues, c’est qu’il est plus difficile d’établir des liens avec les lecteurs, même ceux qui commentent.

      Mon blogue est « ouvert », dans le sens où, bien que je filtre les commentaires, je publie tout ce que les gens écrivent, même s’ils s’en prennent à moi personnellement (on se souviendra ici de l’épisode du vieux singe avec lequel j’ai développé une très bonne relation par la suite).

      J’apprécie chaque commentaire qu’on me laisse parce qu’il est, en un sens, une preuve supplémentaire que j’ai touché quelqu’un, en mal ou en bien, et qu’il a ressenti le besoin de me le laisser savoir.

      Merci à toi de venir ici me lire. Je sais que Patrick Lagacé a énormément contribué à rendre mon blogue plus populaire. J’espère être en mesure de le lui rendre.

      lebarbareerudit

      29 novembre 2009 at 12 h 43 min

  7. Si je partage ton avis sur créer des liens entre les blogues, il faut faire attention de «faire du pouce» sur le dos des autres,

    Habituellement, je m’abstiens de commenter un fait d’actualité si quelqu’un l’a déjà fait en y apportant un éclairage semblable au mien.

    Enfin, ne le prends pas mal, mais je déteste Le Petit Prince comme tu sembles ne pas aimer la musique de Noël. Il s’agit d’un récit adulte qu’on sert aux enfants.

    Le professeur masqué

    29 novembre 2009 at 18 h 25 min

    • Pourquoi je prendrais mal le fait que tu n’aimes pas « Le Petit Prince »? C’est ben correct avec moi. Si nous aimions tous les mêmes affaires, le monde serait un bien triste jardin.

      Lorsque je parle de créer des liens, je parle évidemment de la faire dans le respect de tout un chacun. Je parle de le faire sans « surfer » sur les vagues populaires du moment. Je parle de le faire en s’intéressant réellement à ce que les autres ont à dire, à partager.

      lebarbareerudit

      30 novembre 2009 at 7 h 28 min

  8. Tu as totalement raison, Ô Barbare. On y est déjà. N’est-ce pas William Gibson qui disait « The future is already here – it’s just not evenly distributed. »?

    Cependant, je ne suis pas allé au bout de ma pensée. Il s’agira beaucoup plus que de liens. Il sera question de communications, interactives ou asynchrones, de valeur ajouté, de réalité ou de fiction augmentée, de références automatiques… L’expérience de la lecture sera redéfinie comme quelque chose de dynamique et de social, plutôt qu’une activité solitaire et statique. Et ce ne sera qu’un début.

    – Mazz

    Mazzaroth

    30 novembre 2009 at 17 h 48 min

    • Est-ce que tu connais Google Wave?

      Est-ce que l’adresse de courriel associée à ton commentaire est la bonne?

      Je pourrais te donner une invitation à découvrir le futur dès maintenant. Communication interactive, asynchrone et tout le tralala.

      Fais-moi signe, et je t’invite. Il me reste trois invitations. Si tu le veux, y en a une pour toi.

      lebarbareerudit

      30 novembre 2009 at 17 h 52 min

  9. belle réflexion.

    C’est en effet avant tout pour soi qu’il faille écrire, mais que serait une photo sans personne pour la voir et resentir l’émotion qu’elle dégage et que serait un blog sans personne pour le lire ?

    Je me suis batit au fil des jours un beau réseau sur mon blog de photos flickr, mais au départ nous étions une dizaine d’amies, certaines y sont encore, d’autres non, mais de nouveaux sont venus.

    C’est un peu plus difficile avec mon blog écrit, plus lent disons. Mais je persévère, du moins tant que le plaisir d’écrire y sera.

    Je fais des incartades ici et là sur certains blogs, mais cela exige quand même beaucoup de temps (étonnamment même).

    Cependant, il y a une chose à laquelle je ne déroge pas, l’honnêteté, je ne suis jamais tout sucre pour me faire aimer, je suis moi et je m’abstiens de commenter si la personne n’est pas prête à recevoir une réponse franche et honnête (quoique toujours polie) ou si le billet est tellement vide de contenu qu’il n’y a rien d’intelligent à répondre…

    Tout un art quand même lol

    Éléonore

    1 décembre 2009 at 23 h 12 min

    • Merci Éléonore,

      C’est un plaisir de te découvrir. Je viens d’aller faire un petit tour sur ton blogue et je l’ajoute immédiatement à ma liste.

      Oui, ça prend du temps se bâtir un réseau et encore plus de temps l’entretenir. Mais c’est un peu ça la beauté de la chose. Prendre le temps, du temps, pour les gens qu’on apprécie, c’est leur rendre ce temps qu’ils ont probablement déjà consacré pour nous.

      Au plaisir d’autres échanges.

      lebarbareerudit

      2 décembre 2009 at 8 h 17 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s