Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

De ces livres

with 38 comments

Je lisais ce matin la chronique de Patrick Lagacé sur le roman La route de Cormac McCarthy. Il y écrit :

J’ai aussi une pensée, un frisson plutôt, pour un livre, un foutu livre, dont il faut que je vous parle. Peut-être que quelqu’un, dans l’assistance, pourra m’aider. Ce livre, je ne suis pas capable de le terminer. Un an que je l’ai commencé, ou presque.

Il se déplace de ma table de chevet à ma bibliothèque à mon sac. Il me toise, il me nargue, il me défie.

Ça m’a fait réfléchir.

Ça m’a fait réfléchir à ces livres qui nous terrassent. À ces livres qui sont plus forts que nous. À ces livres qui nous rappellent que les mots sont plus que des mots. Que les phrases sont plus que des suites de mots. Qu’il peut nous arriver d’abdiquer devant des idées et des récits.

Le nom de la rose. Mon premier échec littéraire. Ce livre a été plus fort que moi. Je n’ai jamais été capable de le terminer. Chaque page une lutte, chaque phrase un obstacle. J’ai bien tenté à plusieurs reprises, mais à chaque fois la même chose. Abandon. Forfait. Combat inégal entre les mots et moi. Les mots ont gagné.

Je ne sais même pas pourquoi je n’arrive pas lire ce livre. Je n’ai même pas le début du commencement d’une explication pour me réconforter dans mon échec. Je me retrouve face à mes propres limites en tant que lecteur.

Mais je ne le regrette pas. En fait, je n’entretiens aucune hargne, aucune amertume envers l’oeuvre. Et je sais que j’y retournerai, que je me présenterai encore une fois devant cet adversaire coriace. Le livre m’a envoyé un message : « Va t’entraîner, tu n’es pas prêt. Reviens lorsque tu seras plus mûr. »

Nous avons tous nos Waterloo littéraires. Pour certain, ça sera Moby Dick de Melville; ou encore Les chants de Maldoror de Lautréamont; ou Maria Chapdelaine de Hémon. Nous nous sommes tous, un jour ou l’autre, butés contre les pages d’un livre qui a su nous rappeler le sens du mot « humilité ».

C’est à ça que Lagacé m’a fait réfléchir ce matin. Et vous, quel est votre Waterloo littéraire?

Publicités

Written by Le barbare érudit

21 novembre 2009 à 8 h 28 min

Publié dans Littérature

38 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Pour ma part, ce sont les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar que je n’ai jamais réussi à finir. Je les ai commencés cinq ou six fois. Je trouve ça brillant, érudit, mais je n’arrive pas à persévérer jusqu’à la fin.
    (coquilles à corriger: Maria Chapdelaine et Louis Hémon)

    Hortensia

    21 novembre 2009 at 8 h 43 min

  2. En passant, j’ai lu La route de McCarthy.
    J’ai trouvé ça moyen, même que ça m’a un peu ennuyée.

    Hortensia

    21 novembre 2009 at 8 h 45 min

    • Diable ! Ça vous en prend pour vous impressionner !

      Garamond

      21 novembre 2009 at 14 h 02 min

    • C’est le prochain sur ma liste, dans la langue de Shakespeare. Je vous en reparle.

      Je viens tout juste de terminer Le Zèbre d’Alexandre Jardin. J’ai été ensorcelé par cette prose poétique et ce récit niais mais combien attachant. Un joli coup de cœur!

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 11 min

  3. Le Silmarillon, de Tolkien. Je l’ai lu, mais ne me demandez pas ce qui s’y passe exactement comme explication (c’est le prélude après tout) de la Terre du Milieu. J’en ai fait une indigestion et ma tête a tout formaté ça pour faire de la place à autre chose.

    Saahd

    21 novembre 2009 at 11 h 13 min

    • Je n’ai pas encore lu le Silmarillon, mais comme je ne suis pas un fan fini de « fantasy », c’est loin d’être une priorité sur ma liste à lire, même si j’ai vraiment aimé Le seigneur des anneaux.

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 13 min

  4. Moi, c’est toute l’œuvre de Marcel Proust…Pas capable.

    Garamond

    21 novembre 2009 at 14 h 03 min

  5. Dans mon cas, le premier échec a été « Une prière pour Owen » de John Irving. Et puis il y a 11 mois j’ai commencé « Un monde sans fin » de Ken Follett, la suite de « Les pilliers de la terre » que j’avais pourtant dévoré goulûment. Rien à faire, il m’en reste environ le huitième à lire et je n’en vois même pas l’intérêt. Je déclare forfait.

    lionne

    21 novembre 2009 at 14 h 48 min

    • Dans son livre « Comme un roman », Pennac dicte les dix droits inaliénables du lecteur et ne pas terminer un roman en fait parti.

      C’est ben correct de le faire.

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 37 min

  6. Je lis la bio de Castro et suis z’en feu.

    Bozappa

    21 novembre 2009 at 16 h 31 min

  7. Je dirais… Le rouge et le noir, de Stendhal
    Et peut-être aussi Les anciens Canadiens. Mais lui, je refuse de le lire, c’est viscéral et inexplicable.

    Quand au Nom de la Rose, comme j’ai fait un premier Bac en Études médiévales, ce fut un délice que de le lire 🙂

    rougem

    21 novembre 2009 at 16 h 50 min

    • Je crois qu’on a tous un livre qu’on refuse de lire pour des raisons étranges et qui nous appartiennent. Nous n’avons de comptes à rendre à personne à ce sujet.

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 47 min

  8. « Ulysse » de James Joyce… Ouch.
    J’en ai lu environ 20 pages seulement. Tôt ou tard je me reprendrai!

    Le Prof

    21 novembre 2009 at 17 h 24 min

    • Oui! Sur ma liste aussi. En anglais, bien sûr. C’est, il me semble, une oeuvre difficile. Très difficile.

      Mais il y a la satisfaction de terminer une telle lecture… c’est sans pareil.

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 49 min

  9. Moi aussi, « à la recherche du temps perdu » de Proust… j’ai l’oeuvre complète, un bouquin de comme 2000 pages… et chaque fois que je me sens d’attaque, j’abandonne…

    Par contre, au cégep, j’ai du faire un travail sur « Le rouge et le noir » de Stendhal. Si ce n’étais pas du travail, je ne l’aurais jamais fini… En fait, je l’ai terminé la veille de la remise du travail, de peine et de misère. Ça donné un travail de merde… mais le roman était exaspérant.

    Nancy_BP

    21 novembre 2009 at 17 h 47 min

    • Coudonc… Proust et Stendhal n’ont pas très bonne presse. Est-ce que ça veut dire que je dois maintenant les lire tous les deux?

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 17 h 53 min

  10. Me suis buté sur Eco, moi aussi: j’ai réussi à terminer Le pendule de Foucault, touffu, énigmatique, érudit, ancien français et latin côtoient le français dit moderne… J’ai failli abandonner après 200, puis après 300 pages, mais j’ai persévéré (près de 680 pages, il me semble, de mémoire) jusqu’à la fin, par défi ou autre crânerie, peut-être, je ne sais trop en fait…

    Eco a fini par m’avoir sur un autre livre beaucoup plus petit (300 pages ?) : L’Île du jour d’avant… En 6 ou 7 ans, me suis rendu à 100 et quelque pages… Ça doit faire au moins 3 ans que je ne l’ai pas ouvert. Il est toujours dans ma table de chevet…

    En passant, vraiment intéressant comme idée de billet, ça 🙂

    Sylvain(B)

    21 novembre 2009 at 20 h 00 min

    • Merci Sylvain.

      Effectivement, Eco est un écrivain très érudit qui demande un grand effort de lecture. C’est pas du fast food littéraire.

      lebarbareerudit

      21 novembre 2009 at 20 h 21 min

  11. […] This post was mentioned on Twitter by Nelson Lamoureux, profenhistoire. profenhistoire said: @LeBarbareErudit: Waterloo littéraire? http://bit.ly/08xiwdj/ / «Nova express» de William Burroughs: je n'ai compris que les pages 41 et42! […]

  12. Tu es vraiment dans le mille quand tu dis qu’il y a de ces livres qui sont infranchissables mais pour souvent des raisons complètement inexplicables…Dans mon cas, c’est « The Man in the high castle » (Le Maître du Haut-Château) de Philip K.Dick. Pour ceux qui ne connaissent pas, PKD est un maître de SF (Les films BladeRunner, Total Recall et Minority Report par exemple sont tous basés sur ses histoires) Le pire c’est que dans le milieu SF, « Le Maître… » est considéré par un grand nombre de gens comme son chef-d’oeuvre, il a d’ailleurs gagné un Hugo Award pour cet ouvrage…mais fouille-moi, je n’ai jamais dépassé la page 20 malgré plusieurs essais. Il faut dire que le dernier essai doit bien dater du dernier millénaire…Il me nargue depuis ce temps dans ma bibli…faudra bien lui envoyer le Franky 2.0 un de ces jours!

    frankybgood

    22 novembre 2009 at 8 h 27 min

  13. Jamais fini Madame Bovary, de Flaubert. C’était pour un cours de littérature, faut dire… mais même si j’aime jamais trop qu’on m’impose des lectures, en général je finis ce que j’entreprends (même Stendhal, dans le même contexte). Mais Flaubert? Plate à mourir.

    Mahi

    22 novembre 2009 at 17 h 04 min

  14. Mon Waterloo, ce serait sûrement Jankélévitch. Mais on s’habitue quand même aux néologismes lancés à tout bout de champ.

    Mâle Commode

    27 novembre 2009 at 13 h 52 min

  15. En vous lisant je réalise combien j’ai de Waterloo de lecture !

    Le nom de la rose ! Ayoye. Même après avoir vu le film, je n’ai pas réussi à m’y remettre. (Et ça va pour Eco en général.)

    L’Iliade… Qui est qui ? Et pourquoi l’imprimer en Times 8 points à demi-interligne ?

    Le Seigneur des anneaux… rien à voir avec Noether.

    Marcel Dubé… Premier livre jeté sur un mur de hargne. Donnez-lui du Prozac qu’il nous épargne de tant de misère.

    Missmath

    30 novembre 2009 at 17 h 50 min

  16. J’en ai eu quelques-uns qui m’ont nargué longtemps avant que l’un de nous deux cède. En fait, c’est toujours le lecteur qui cède, qui laisse tomber ses a-prioris. « Les versets sataniques » de Rushdie sont restés longtemps à moitié lus, sur ma table de chevet. Des mois. Et soudainement, ça débloque, comme si la petite graine laissée par les premières pages avaient finalement laissé chez le lecteur la faculté de les lire. C’est devenu ma méthode pour les lectures rebutantes; mettre de côté jusqu’à soudain elles s’imposent. (Ça ne marche pas tout le temps).
    À celui qui a frappé un mur avec Une prière pour Owen: le problème avec ce roman, c’est que vraiment toute sa force est dans sa chute, dans les deux dernières pages.

    fredhammersmith

    19 décembre 2009 at 23 h 23 min

  17. Moi c’est «La Mère» de Satprem», payé plein prix alos que j’étais fauchée et dont la couverture m’attirait comme un aimant… Impossible, chais pas pourquoi. Le choc des cultures?
    Par contre j’ai adoré «Une prière pour Owen» (d’ailleurs tout John Irwing), «L’Illiade» et «Le Seigneur des Anneaux» (comme quoi on a chacun nos Waterloo. Comique!)
    Maintenant quand un livre me rebute, je lis les deux derniers chapitres et si ça vaut la peine, je recommence… Sinon je l’oublie!

    Bon temps des fêtes!
    France

    France

    26 décembre 2009 at 20 h 03 min

  18. […] un commentaire » Vous vous souvenez de ce billet que j’ai écrit il y a quelques semaines? J’y abordais ces livres qui sont plus forts que nous, ces livres que nous n’arrivons […]

    • Je me pose sincèrement la question. Est-ce que les lectures que j’ai laissé tombé par ennui ou platitude compte comme un Waterloo littéraire?

      J’avoue que Proust fut d’un ennui mortel. J’avais beau vouloir le lire, je devais recommencer les pages à deux fois. Les longueurs et les descriptions de paysage ou de l’environnement dans lequel le personnage se retrouvait sur 50 pages de long c’est trop pour mon bonheur littéraire!

      Y’a tant de belles choses à lire, pourquoi mourir d’ennui?

      Il en fut de même pour Madame Bovary de Flaubert.

      Parcontre, j’ai lu pas mal toutes les oeuvres de Stendhal (qui était une femme soit dit en passant contrairement aux croyances de l’époque – les femmes n’avaient pas le droit d’écrire) et j’ai particulièrement aimé « Le rouge et le noir » pour l’avoir lu deux fois (très rare dans mon cas que je relis 2 fois le même livre)

      demijour

      10 janvier 2010 at 19 h 59 min

  19. Bon, je me demande si je me trompe d’auteur à propos de Stendhal.

    Une femme dans les années 1800 écrivait des chefs d’oeuvre mais c’est son mari qui signait ses oeuvres car les femmes n’avaient pas ce droit et cela n’aurait pas passé dans la haute société.

    J’étais sur l’impression que c’était Stendhal mais bon, mes cours de littératures à l’Université remonte à 1992… défaut de mémoire peut-être

    Car en consultant Wikipédia il n’y a aucune mention de ce fait.

    demijour

    10 janvier 2010 at 20 h 03 min

  20. Tu parles de George Sand -> http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Sand

    Mais je comprends ton questionnement. Effectivement, il se peut que certains livres nous terrassent d’ennui, que nous n’arrivons pas à les terminer. Je les classerais peut-être en Waterloo littéraires quand même parce que la victoire, c’est la victoire, peu importe les moyens.

    lebarbareerudit

    10 janvier 2010 at 20 h 12 min

  21. Tu as raison c’est George Sand – puisque c’était dans mes lectures de cours (Y’avait aussi Colette). Un des rares cours universitaires qui m’avait fait tripper fort sur chaque livre que je lisais. Chaque livre amenait un parallèle de la femme auteur dans ses années 1800. J’ai eu l’impression d’assister à plus qu’un cours. Une chance, une ouverture d’esprit, des connaissances nouvelles qui allaient au delà de la simple décortication des livres.

    Alors j’ai eu des Waterloo littéraire moi aussi 🙂

    As-tu lu Dumas? Alexandre Dumas? J’ai adoré tous les livres… même si certaines oeuvres étaient des briques!

    demijour

    10 janvier 2010 at 20 h 17 min

    • Je n’ai pas encore lu Dumas. Mais j’ai été m’en chercher quelques livres sur gutenberg.org : Les trois mousquetaires et Vingt ans après.

      lebarbareerudit

      10 janvier 2010 at 20 h 22 min

  22. Le Comte de Monte-Cristo fut mon favori. J’ai tellement aimé ce livre. Il est dans mon top 5 de tout ce que j’ai lu.
    J’étais submergée par ce livre. Je le lisais en mangeant, je le lisais en marchant dans la rue. Mais ça c’était dans ma « jeunesse » – il y a 20 ans déjà!

    demijour

    10 janvier 2010 at 20 h 31 min

  23. Les 3 mousquetaires aussi étaient bien. Vingt ans après je n’ai pas de souvenirs particulier…

    demijour

    10 janvier 2010 at 20 h 32 min

  24. J’ajouterai donc Le Comte de Monte-Cristo à la liste. Merci du tuyau.

    lebarbareerudit

    10 janvier 2010 at 20 h 37 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s