Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

L’angoisse des bulletin

with one comment

Je hais les bulletins. Ça revient trois ou quatre fois par année, et on doit « parler » aux parents afin de leur faire comprendre « qu’ils doivent aider » leurs enfants dans leurs apprentissages…

Autrement dit, c’est une façon polie de dire aux parents qu’ils devraient faire leur job de parents et s’occuper de leurs enfants maintenant.

Malheureusement, ici, les parents qui se présentent durant les soirées de bulletin sont généralement les parents des enfants qui vont bien à l’école, les enfants qui réussissent, les enfants dont le comportement ne représente pas un problème en classe. Les parents dont les enfants sont à risque manquent souvent à l’appel lors de ces rencontres.

Pas toujours. Souvent.

Et quand ils viennent, lorsqu’ils se présentent, ils écoutent, remplis de bonnes intentions, honnêtes dans leur sourire et avec leur « oui », mais dépassés par l’adolescence et une culture qui ne réussit pas à s’adapter à la nouvelle réalité dans laquelle ils sont désormais plongés. Une réalité tellement loin du monde que la plupart d’entre eux ont connue. Comme le disait si bien une Inuk lors d’un symposium, il y a quelques années : « Nous sommes passés de l’Âge de glace à l’Âge de l’espace en cinquante ans! » On ne change pas un peuple en un si court laps de temps.

Le changement doit venir de l’intérieur. Mon rôle en tant qu’enseignant n’est pas de transformer seul les Inuits, de les emmener vers la « société moderne » malgré eux. C’est celui d’être un accompagnateur sur le chemin qu’ils décideront d’emprunter. La seule chose que je puisse faire pour l’instant, c’est de partager les outils dont je me sers moi-même pour tracer ma route.

Et malheureusement, le bulletin en fait parti.

Publicités

Written by Le barbare érudit

23 avril 2009 à 9 h 23 min

Publié dans Général

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] un commentaire » J’ai déjà écrit sur ce sujet. C’était une autre époque, celle où j’enseignais encore. Celle où j’étais […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s