Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Moi

with 2 comments

Je suis incapable d’écrire sur moi. J’ai beau essayer, j’ai beau commencer à coucher sur la page quelque phrase bien tournée, rien à faire, je n’y arrive pas. C’est chaque fois la même chose. Sans m’en apercevoir, mes phrases prennent le chemin de l’impersonnel, puis je divague vers les généralités et les banalités les plus plates.

Ce n’est pas faute d’essayer! J’essaye! J’essaye! Mais non. Ça ne va pas. Pas capable. Ça bloque. Ça s’arrête, ça s’étouffe, ça s’enlise, ça pue. Une phrase, deux, trois et là, le mur. Paf! Je me retrouve devant la feuille blanche, le vide.

Mais j’aimerais ça pouvoir le faire! À lire tous ces blogues exaltés, tous ces écrivains du web 2.0 qui nourrissent la blogosphère de leurs coups de gueule, de leurs états d’âme, de leur vie, de leurs goûts, de leurs désirs, de leurs promesses, de leurs beaux et leurs moins beaux moments. Je les admire de pouvoir faire ça avec souvent une verve et une fraîcheur exquise.

Vous voyez? Vous avez vu? Je me suis encore fait avoir! Je voulais parler de moi, et je suis passé à vous, à eux! Sans même m’en rendre compte! C’est ce que je voulais dire quand je disais plus tôt que c’était plus fort que moi, que j’étais incapable de parler de moi.

Prenons aujourd’hui. Je devrais être dehors, dans la toundra à chasser le lagopède. Il fait un soleil resplendissant et la température, pas trop froide, est idéale pour la chasse. Je pourrais être en route, en ce moment même, vers Kupaaluk, vers Tasikallaapik, vers Ujurasujjulik. Je pourrais remonter la rivière George, je pourrais être à flanc de montagne en train de poursuivre une volée de ces superbes oiseaux blancs.

Mais au lieu de ça, je suis ici, à me morfondre sur le pourquoi du comment de mon incapacité à parler de moi. Bravo. Je crois que j’ai besoin de revoir mes priorités.

Publicités

Written by Le barbare érudit

21 mars 2009 à 12 h 28 min

Publié dans Général

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Certaines personnes ont plus de difficultés à faire le grand saut ou ne se sentent pas à l’aise de coucher leur vie sur une page WEB. Tant que tu écris pour TOI, sur des choses qui te plaisent, c’est ce qui est important 😉

    Moonlady

    23 mars 2009 at 11 h 26 min

    • Tu as tout à fait raison. Au fond, j’écris déjà des choses qui me rejoignent, des choses qui me plaisent. Mon commentaire se voulait plus une appréciation de ce que certains autres bloggueurs arrivent à faire, cette facilité qu’ils ont de se livrer sur le net, cette impudeur qui me fait défaut.

      lebarbareerudit

      23 mars 2009 at 14 h 11 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s