Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Phébé

leave a comment »

Je suis tombé par hasard sur cette histoire d’une famille tout ce qu’il y a de plus normale en apparence, mais qui cache un drame épouvantable : bébé Phébé.

C’était à l’émission Enquête. On nous relate la difficile vie de ce couple qui a voulu laisser mourir leur enfant, mais à qui on a refusé ce droit.

L’histoire est complexe, la situation extrêmement émotive. Mais on peut la résumer simplement : un couple prend la décision de laisser mourir leur enfant affublé de très graves problèmes de santé. Cette décision est renversée par l’hôpital sans même avoir consulté les parents.

Je suis incapable d’imaginer une décision plus difficile à prendre pour un parent. Pour un père. Pour une mère.

Une mère, merde! Croyez-vous qu’une mère décide comme ça, tout de go, de laisser mourir son enfant sans y avoir pensé sérieusement? Le lien maternel, ce désir profondément ancré dans le patrimoine génétique de pratiquement toute la biosphère!

Je n’arrive tout simplement pas à comprendre.

Pourquoi?

Pourquoi avoir conseillé aux parents de laisser mourir leur enfant avant de leur retirer ce droit? Pourquoi avoir donner aux parents le temps de faire leur deuil de cette décision pour ensuite les informer que la décision devait être approuvé par un quelconque comité d’éthique, comité d’éthique qui se réunit derrière des portes closes, où les parents ne sont pas les bienvenus, même si on discute de leur enfant!

Je crois qu’il y a un sérieux problème d’éthique et de respect des personnes impliquées lorsqu’un comité possède plus de droits sur la vie et le traitement d’un enfant que les parents de l’enfant. Je crois qu’il y a un sérieux examen de conscience à faire de la part de l’hôpital quant au fonctionnement de ce comité et aux décisions qui y sont prises.

Je crois finalement que rien de ce que pourrait faire l’hôpital ne pourra restaurer la confiance que les parents et la population en général avaient en lui parce que de par le geste commis, l’hôpital a brisé de façon irréparable ce lien qui le liait à ses patients.

Je n’irai plus jamais à cet hôpital.

Publicités

Written by Le barbare érudit

20 mars 2009 à 17 h 37 min

Publié dans Général

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s