Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

Évolution et politique

with 3 comments

Le ministre fédéral responsable des sciences et de la technologie, Gary Goodyear, a refusé plus tôt cette semaine de répondre lorsqu’on lui a demandé s’il souscrivait à la théorie de l’évolution. Je cite Chantal Hébert sur son blogue :

Au ministre fédéral du Patrimoine, James Moore, dont la connaissance de la vie culturelle canadienne et québécoise est pour le moins embryonnaire, il faut maintenant ajouter un ministre responsable des sciences et de la technologie pour qui la théorie de l’évolution est une affaire de religion.

En entrevue avec le Globe and Mail, Gary Goodyear a refusé de dire s’il souscrivait à un des fondements de la science moderne, préférant se réfugier derrière son droit à la vie privée…

“Je ne répondrai pas à cette question. Je suis chrétien et je ne crois pas qu’il soit approprié de poser une question sur ma religion”, a-t-il affirmé.

(Vous trouverez la nouvelle complète ici)

Montée de lait. Un lait vraiment tourné. Ranci. Épais et visqueux.

Je suis non seulement outré de ça, je suis révolté. Les mots me manquent pour exprimer le profond mépris qui m’habite en ce moment. Je n’arrive toujours pas à croire que j’ai bien lu ce que j’ai lu.

Afin de tenter de me calmer un peu, j’ai été lire la source de cette nouvelle sur le site du Globe and Mail. Évidemment, il n’y avait rien là pour me calmer. J’ai donc décidé de ventiler un peu en écrivant.

Premièrement, il n’y a rien de plus faux que de dire de l’évolution qu’il s’agit là tout simplement d’une théorie comme une autre. L’évolution est à la base de l’étude de la biologie moderne, de la génétique et de la paléontologie. Rejeter du revers de la main l’évolution au profit du créationnisme revient à balayer toutes ces sciences qui en sont tributaires.

Deuxièmement, l’évolution repose sur des bases scientifiques solides qui n’ont strictement rien à voir avec le créationnisme. Toute la « théorie » créationniste repose sur une lecture au premier degré de la Bible et sur l’interprétation que l’on fait des problèmes de cohérence qu’on y trouve. Au contraire, l’évolution repose sur l’observation des faits et la recherche de nouveaux éléments de preuves dans la nature. Ainsi, tous les êtres vivants font l’objet d’observation, de mesures, de comparaisons, sans compter les nombreuses expériences qu’on mène et l’analyse des données ainsi accumulées.

Alors que le créationnisme nous présente une théorie immuable, l’évolution change au fur et à mesure que les nouvelles découvertes viennent confirmer ou infirmer telle ou telle partie de la connaissance. C’est d’ailleurs ce qui en fait sa plus grande force. Contrairement au créationnisme, l’évolution n’est pas un dogme. Elle s’adapte et se plie au flux constant des découvertes qui l’alimentent jour après jour.

Je trouve absolument sidérant de savoir que la personne ultimement responsable d’évaluer et d’approuver tous les projets de recherche en vue d’un financement fédéral soit aussi petit d’esprit. Cela jette un discrédit énorme sur l’importance qu’accorde à la recherche et au savoir en général le gouvernement fédéral.

Si on ajoute à cela les dernières nouvelles en lien avec le financement de la recherche au Canada, il y a lieu de s’inquiéter vivement pour l’avenir de nos cerveaux. Alors qu’aux États-Unis sous l’impulsion d’une administration résolument tournée vers la promotion de la science (l’Administration Obama compte deux prix Nobel dans ses rangs à des postes clefs), ici, on se croirait de retour au moyen-âge.

L’obscurantisme triomphant des Conservateurs.

Je n’ai pas voté pour ça.

Publicités

Written by Le barbare érudit

18 mars 2009 à 14 h 08 min

Publié dans Politique fédérale

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. J’adore tes montées de lait! rouarrrr

    Le Belle Banane

    19 mars 2009 at 12 h 24 min

    • J’en ai d’autres dans la file d’attente.

      lebarbareerudit

      23 mars 2009 at 14 h 24 min

  2. Ces faits ne sont que le pâle reflet d’un parti politique et d’un gouvernement qui agit avec une idéologie plutôt qu’avec une analyse de la situation et des besoins des citoyens. Il n’ose pas affirmer qu’il est créationniste parce qu’il ne veut pas soulever la prostestation des scientifiques et potentiellement perdre leurs votes. Mais il est aussi assez crétin pour ne pas comprendre qu’en ne répondant pas à la question et en référant à sa religion, il avoue de facto son allégeance.

    Personnellement scientifique de carrière, je peux affirmer que les Conservateurs ont tout d’un gouvernement qui rejette du revers de la main tout ce qui ne cadre pas avec leur idéologie. Même avec les preuves les plus accablantes. Pathétique de voir que ça existe encore aujourd’hui, mais encore plus pathétique de voir qu’ils ont été élus.

    Moi non plus je n’ai pas voté pour eux.

    Luc

    19 mars 2009 at 20 h 35 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s