Le barbare érudit

Je mange du phoque cru avec mes mains en lisant du Baudelaire.

L’intimidation

with 2 comments

Récemment, partout dans les journaux, à la télé, aux nouvelles, à la radio, dans la blogosphère, on parle beaucoup, on discute, on disserte, on analyse, on décortique, on pleure, on rit, on déblatère, alouette, d’intimidation. Tout ça à la suite de la disparition du jeune David il y a quelques jours. On peut lire la nouvelle ici.

Je ne voulais pas écrire sur ce sujet. Je me refusais d’y participer parce que je ne sais pas si ce que j’ai à dire là-dessus est pertinent. Je ne sais pas parce que…

Aujourd’hui, Patrick Lagacé, sur son blogue, demande aux bourreaux de parler. J’en cite un extrait :

Mais comme souligne un lecteur dans ce précédent billet, on entend souvent parler des victimes, mais rarement des agresseurs. Et de leurs parents.

Y en a-t-il dans la salle ? Allons, ça fait 20, 25 ans que vous n’êtes plus à la petite école, confessez-vous. Aidez-nous à comprendre.

Pourquoi fesser sur le p’tit gros ?

Sur le bien habillé ?

Sur la fille à lunettes ?

Pourquoi persécuter l’autre ?

J’suis curieux.

Je me présente, Nelson Lamoureux, agresseur à mes jeunes heures. Il m’est arrivé, alors que je n’étais qu’un simple élève à l’école primaire et secondaire, d’intimider certains de mes camarades de classe. Il m’est arrivé de lancer du « fif », « tapette », « gros épais » à plus d’un élève. Il m’est aussi arrivé d’en tourmenter d’autres avec des clefs de bras, des jambettes, des bousculades. Je me suis intégré à des gangs qui avaient aussi cette habitude de tourmenter certains élèves. On est toujours plus brave au milieu d’une gang…

Et j’ai aussi été victime parfois d’intimidation.

Je crois qu’il est simpliste et tout à fait faux de diviser le monde en victimes et en bourreaux. Les victimes sont aussi les bourreaux d’autres victimes de même que les bourreaux sont les victimes d’autres bourreaux.

De la même façon que j’ai été la terreur de certains élèves, d’autres en ont profité pour faire de moi leur victime. Souvent plus gros et plus vieux que moi, je craignais leur présence et je faisais tout en mon pouvoir pour y échapper.

Mais jamais je ne me suis demandé, à l’époque, comment se sentaient mes victimes. En y repensant aujourd’hui, je crois que je ne faisais que reproduire le cercle vicieux de la hiérarchie qui régnait dans la cour d’école. Au fond, c’était une échelle. Et mon objectif, mon seul objectif, était d’arriver le plus haut possible de cette échelle, le plus vite possible. Et la seule façon de grimper dans cette échelle, c’était d’être le bourreau et jamais la victime.

La cour d’école est encore aujourd’hui une échelle. Et malheureusement, je ne crois pas que les choses aient beaucoup changé depuis ma tendre enfance. À l’école où je travaille, l’échelle est bel et bien présente. Et tous les élèves tentent encore, tant bien que mal, d’y grimper. Il n’y a pas de place pour la compassion, et la coopération n’existe que pour servir à s’y hisser plus haut et plus vite.

Publicités

Written by Le barbare érudit

25 février 2009 à 16 h 31 min

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] exactement ce que je disais dans mon entrée du 25 février sur ce même sujet. Je vais m’auto-citer […]

  2. C’est vrai que nous sommes la victime de quelqu’un et le bourreau de quelqu’un.

    N’est-ce pas l’école de la vie? N’est-ce pas dans ces moments que l’on apprend à devenir plus fort ou à s’appitoyer sur soi-même? Le problème est le support à côté qui n’est pas adéquat.

    C’est un long travail de société que de responsabiliser les parents à écouter leurs enfants, à les aider, à les guider. Et parfois même les parents n’ont pas cette force ou cette ressource.

    Sais-tu ce qu’il en est advenu de ce David? Nous en avons beaucoup entendu mais je ne sais pas s’ils l’ont retrouvé ou non.

    demijour

    20 janvier 2010 at 13 h 01 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s